Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 janvier 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Les transporteurs forestiers gaspésiens exigent une meilleure rémunération

NÉGOCIATIONS

Camion bois

©Photo Dominique Fortier - Chaleurs Nouvelles

Les coûts reliés à l'entretien des véhicules est supérieur aux revenus engendrés par les présents taux de transport selon le regroupement des transporteurs forestiers de l'Est-du-Québec.

Des taux de transport peu compétitifs offerts aux camionneurs forestiers de la Gaspésie fragilisent l'industrie et poussent plusieurs travailleurs à chercher du boulot ailleurs.

Malgré un contrat de travail échu depuis le 1er janvier 2022, une entente n'est toujours pas survenue entre les transporteurs et le Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie. Le cœur du litige repose sur la rémunération des camionneurs qui estiment « ne plus être dans le coup » avec la réalité actuelle. « La hausse du prix des véhicules, des équipements, du carburant et des assurances font en sorte que les taux offerts à nos membres sont inférieurs aux coûts d'opération », se désole le représentant du regroupement des transporteurs forestiers de l'Est-du-Québec affilié à l'Association nationale des camionneurs artisans, Carol Girard.

Selon ce dernier, les augmentations proposées par le Syndicat des producteurs de bois de la Gaspésie sont insuffisantes. « Les camionneurs travaillent sur des taux dépassés depuis plusieurs années et qui sont loin de refléter la réalité d’aujourd’hui alors que le rattrapage demandé tourne autour de 30%. Les camionneurs sont conscients que la hausse des prix demandée pourrait avoir une incidence sur les revenus aux producteurs de bois, et c’est dans ce contexte que les camionneurs ont proposé au syndicat des augmentations échelonnées sur trois ans. »

Si la situation perdure et que les taux ne sont pas ajustés au coût de la vie, le regroupement des transporteurs forestiers du Québec craint que de plus en plus de membres décident de quitter avec leur véhicule pour se tourner vers des emplois plus payants, notamment dans le secteur minier ou vers de plus grandes industries plus concurrentielles. « Pourtant, le prix du bois d’œuvre est excellent et, selon les économistes, le prix devrait demeurer stable encore un bon moment. Les transporteurs qui ont dû se serrer la ceinture lors de la dernière décennie pour aider l’industrie à traverser la crise souhaitent maintenant être reconnus à leur juste valeur dans la chaîne de production et atteindre un seuil de rentabilité acceptable pour leurs entreprises », conclut Carol Girard.

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média