Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 juin 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Recrutement d’étudiants étrangers : pratiques conformes au Cégep

CÉGEP DE LA GASPÉSIE ET DES ÎLES

Cégep Gaspé

©Jean-Philippe Thibault - Chaleurs Nouvelles

Dans le réseau collégial (public et privé), le nombre d’étudiants étrangers est passé de 5539 en 2015-2016 à 16 505, quatre ans plus tard.

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles demande une fois de plus au gouvernement du Québec et du Canada de fournir les documents permettant l’entrée au pays des étudiants étrangers.

Après lecture du rapport d’enquête du ministère de l’Enseignement supérieur (MES) sur le recrutement d’étudiants étrangers, le collège gaspésien dit constater que ses pratiques sont conformes.

Encore mieux, le rapport inclut deux mesures inspirées du Cégep, soit l'instauration d'un nombre maximum d’étudiantes et d’étudiants étrangers et l’ajout de cours obligatoires de français. L’établissement rappelle d’ailleurs qu’il n’a jamais fait l'objet d'une enquête et que le MES a uniquement sollicité sa collaboration.

« Devant ce constat, le Cégep ne comprend pas pourquoi la situation entourant l’admission des étudiantes et étudiants étrangers n’est toujours pas réglée. L’ensemble des conditions exigées par les différents gouvernements sont remplies et, selon les conclusions du rapport, rien ne justifie cet imbroglio », explique la directrice Yolaine Arseneau.

Publicité

Défiler pour continuer

En hausse

 

Rappelons que Québec a récemment décidé de resserrer l’étau. Dans le réseau collégial (public et privé), le nombre d’étudiants étrangers est passé de 5 539 en 2015-2016 à 16 505, quatre ans plus tard. En provenance principalement de l’Inde. Ces derniers permettent au Cégep de la Gaspésie et des Îles d’engranger environ 1 million de dollars par année en temps normal.

Le MES a cependant constaté une multiplication d’entreprises bénéficiant de partenariats avec des établissements d’enseignement reconnus. Pas toujours pour le mieux. Les recruteurs n’ont pas toujours été transparents sur la durée des formations offertes et leur coût réel, les étudiants pouvant payer jusqu’à 25 000$ pour des formations de courte durée. Une enquête de l’UPAC avait notamment mené à l’arrestation de deux ex-employées de la Commission scolaire Lester-B.-Pearson. Québec a ensuite lancé sa propre enquête pour faire la lumière.

Dans la foulée, le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration avait décidé de suspendre temporairement le traitement des demandes de certificats d’acceptation du Québec (CAQ) pour différents établissements, dont le campus montréalais du Cégep de la Gaspésie et des Îles. C’est pourquoi on demande aujourd’hui de fournir les documents permettant l’entrée au pays des étudiants étrangers, puisque les pratiques sont conformes.

Le Cégep a aussi volontairement bonifié la grille de cours des attestations d’études afin d’y ajouter des cours de français et de culture québécoise, en plus de s’imposer un plafond quant au recrutement d’étudiantes et d’étudiants pouvant fréquenter le campus montréalais. Ces mesures sont en place depuis le début de l’année 2019, soit avant l’investigation menée par le gouvernement provincial. « Le Cégep a été proactif dans cette enquête et réitère sa volonté de travailler en collaboration avec le MES afin de faire rayonner l’expertise québécoise en matière d’éducation », conclut Yolaine Arseneau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média