Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

18 mai 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Services de garde : les MRC soumettent plus de 20 recommandations

REGROUPEMENT DES MRC DE LA GASPÉSIE

Bébé Enfant Garderie

©Jean-Philippe Thibault

Après avoir réservé 1 million de dollars pour soutenir des projets de logements locatifs, le Regroupement des MRC de la Gaspésie s’attaque à une autre épine majeure de développement, en l’occurrence le manque de services de garde.

Le Regroupement vient tout juste de déposer un mémoire auprès du ministère de la Famille, suggérant au passage 22 recommandations. Parmi celles-ci, rendre accessibles immédiatement les places octroyées en installation dans un lieu temporaire, avoir une ressource régionale spécialisée et accélératrice de projets ou encore pouvoir accepter de nouvelles demandes en dehors des périodes d’appels de projets (voir la liste complète en fin de texte).

En hausse

 

Ce manque de places en service de garde n’est pas nouveau. L’enjeu est depuis longtemps identifié comme prioritaire. Pas plus tard qu’en mars, les MRC avaient fait front commun pour en demander un meilleur accès.

Rappelons que le taux de couverture actuel se situe autour de 65% (incluant les classes de maternelle 4 ans, qui ne sont pas non plus une panacée pour les plus jeunes enfants). Le déploiement de 600 places est nécessaire pour atteindre un taux de 85%. « Certains parents ne peuvent retourner sur le marché du travail, ou même se lancer en affaires, puisqu’ils n’ont pas de solution pour la garde de leurs enfants », note le Regroupement dans son mémoire de 25 pages.

Déjà frappées par une pénurie de main-d’œuvre, des entreprises se voient ainsi privées de ressources humaines qualifiées et compétentes – qui doivent rester à la maison – ce qui nuit à la création de richesse. Cette réalité touche particulièrement les femmes, statistiquement plus nombreuses que les hommes à demeurer au foyer.

Le manque de places a aussi été exacerbé par divers facteurs. Ne serait-ce que la région est un peu victime de son succès avec un solde migratoire interrégional positif de 681 personnes en 2019-2020, soit son meilleur résultat depuis la compilation des données par l’Institut de la statistique du Québec. Et cet effet ne risque pas de s’estomper si l’on se fie à la Stratégie Vivre en Gaspésie, qui estime que jusqu’ici, l’intérêt des gens de l’extérieur à venir s’établir dans la région a augmenté de 30% comparativement à l’an dernier, qui était déjà une année record. Des statistiques qui tendent à démontrer que les besoins pourraient s’accentuer si la tendance se maintient.

Trouver la perle rare

 

Même en considérant l’ajout de plusieurs classes de maternelle 4 ans dès l’automne 2021 en Gaspésie, en plus de la concrétisation de certains projets de services de garde en installation, les besoins de places en services de garde pour les familles ne seront pas encore tous comblés. Au moins 185 places seront encore nécessaires pour atteindre un taux de couverture de 85%, sans compter la difficulté de recruter la main-d’œuvre, qui se veut un autre enjeu prépondérant.

Des exemples? Dans un CPE du Rocher-Percé, une nouvelle installation de 21 places entrera en service à l’automne 2021; 5 postes permanents d’éducatrices sont à pourvoir, alors que tout le personnel de remplacement travaille déjà sur une base régulière. Dans un autre CPE de La Côte-de-Gaspé, pour un autre projet en développement, ce sont aussi 5 nouvelles éducatrices à temps plein qui seront requises. Près d’une vingtaine d’autres postes ont été identifiés ailleurs sur le territoire.

Même si la région offre deux options de formation en petite enfance (une formation technique au Cégep et une AEC au Groupe Collegia), peu d’étudiants ont obtenu leur diplôme dans les dernières années. Le recrutement de nouveaux candidats s’avère très difficile et la formation ne peut être offerte sur une base régulière.

En 2018-2019, seulement 7 finissants du campus de Carleton-sur-Mer ont obtenu leur AEC. La technique d’éducation à l’enfance offerte au campus de Gaspé a diplômé 7 étudiantes en 2019. Depuis, le Cégep n’a reçu aucune nouvelle inscription. La cohorte 2020-2021 du Groupe Collegia comptait seulement 12 candidats.

« Cet enjeu est relié, entre autres, aux conditions de travail et salariales actuelles. À cela s’est ajoutée l’arrivée de la pandémie en 2020, qui a restreint l’offre de services pour les parents dans certains territoires, car plusieurs responsables de services de garde en milieu familial ont choisi de fermer leurs portes » lit-on encore dans le mémoire.

Par ailleurs, en Gaspésie, ce sont 275 places en milieu familial qui sont déjà accordées par le ministère de la Famille, mais elles ne sont pas offertes, faute de personnes intéressées à opérer ce type de service de garde. La suspension temporaire de services de ce type en raison, par exemple, de congés maladie, fait en sorte qu’un peu plus de 70 places sont présentement inaccessibles pour les enfants gaspésiens.

Les 22 recommandations

 

1- Assouplir les processus légaux et réglementaires pour l’octroi des places et la construction d’installations

2- Avoir la possibilité de prévoir un local additionnel lors de la construction ou l’agrandissement d’installations

3- Permettre de convertir des places en milieu familial en places en installation

4- Impliquer davantage les MRC dans l’analyse des besoins et des demandes de permis

5- Accepter de nouvelles demandes d’ajouts de places ou de nouveaux permis en dehors des périodes d’appels de projets

6- Permettre la prestation de services de garde en milieu familial dans un autre lieu qu’une résidence privée

7- Permettre d’opérer plus d’un service de garde en milieu familial dans un unique lieu

8- Revoir le modèle de financement des petites installations

9- Encourager la mixité des usages de certaines infrastructures pour favoriser la viabilité de plusieurs services

10- Rendre admissibles à des places à contribution réduite les enfants de la personne responsable d’un service de garde en milieu familial

11- Exclure les enfants de la personne responsable d’un service de garde en milieu familial de son ratio lorsqu’ils commencent à fréquenter le premier cycle du primaire. 12- Revoir certaines règles relatives à la période estivale et aux journées pédagogiques pour permettre à la personne responsable en milieu familial de recevoir un plus grand nombre d’enfants et d’exclure ses propres enfants du ratio

13- Rendre accessibles immédiatement les places octroyées en installation dans un lieu temporaire

14- Revoir les mesures fiscales qui s’appliquent à un service de garde en milieu familial

15- Mettre en place des incitatifs financiers pour favoriser le développement de services de garde en milieu familial

16- Mettre en place des services mutualisés de soutien aux responsables de service de garde en milieu familial

17- Offrir plus d’accompagnement, de formation et d’outils de gestion efficaces aux responsables des services de garde en milieu familial

18- Offrir des incitatifs pour augmenter le nombre d’inscriptions aux formations en éducation à l’enfance

19- Offrir systématiquement, en région, une option de formation en alternance travail-études

20- Valoriser et promouvoir davantage la profession, notamment avec des conditions salariales attrayantes

21- Avoir une ressource régionale spécialisée et accélératrice de projets pour aider à la mise en place de projets

22- Offrir des allégements fiscaux aux entreprises qui mettent en place un service de garde.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média