Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 avril 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Bois d'oeuvre québécois: Sylvain Roy craint les représailles américaines

FORÊTS PUBLIQUES

Sylvain Roy

©Photo Roxanne Langlois - Chaleurs Nouvelles

Le député Sylvain Roy.

Le député de Bonaventure et porte-parole du Parti Québécois en matière de forêts, Sylvain Roy, craint que le laxisme du gouvernement dans sa gestion des forêts publiques amène une nouvelle fronde des États‑Unis, qui pourraient se servir de cette situation pour justifier leurs taxes sur le bois d’œuvre québécois.

Il exhorte par ailleurs le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) à retrouver une expertise interne et une cohérence nécessaires à la prospérité et à la pérennité de l’industrie forestière québécoise. « Ce qu’on a appris avec le reportage d’Enquête est très inquiétant : le ministère des Forêts ne sait pas ce qui se passe sur son propre territoire, territoire qui appartient – faut-il le rappeler – à tous les Québécois. Les Américains, qui regardent ça, pourraient être tentés d’utiliser ce laxisme pour attaquer de nouveau l’économie forestière du Québec », s’inquiète Sylvain Roy.

Depuis plusieurs années, le Parti Québécois dénonce les problèmes de prévisibilité et de planification en forêt publique et demande des changements concrets. « Le premier ministre François Legault avait promis une réforme du régime forestier. Après deux ans et demi d’attente, force est de constater que la CAQ n’arrive pas à honorer son engagement. Tout ce qui traîne se salit, et on voit que l’échec caquiste nuit au développement des régions du Québec », observe le porte-parole.

Sylvain Roy fait un lien avec une autre promesse phare du gouvernement qui ne s’est toujours pas matérialisée : celle de transférer 5000 emplois de fonctionnaires dans les régions. « Dès son arrivée au pouvoir, la CAQ aurait dû mettre en place un échéancier pour respecter son engagement. Ça aurait évité que la situation se détériore jusqu’au point où on en est aujourd’hui. L’expertise, elle doit se trouver sur le terrain, dans les régions, pas dans des tours à Québec! », s’indigne le député de Bonaventure.

Publicité

Défiler pour continuer

:Concilier les usages

En 2017, Sylvain Roy avait effectué une tournée des acteurs fauniques et forestiers du Québec. « Dans les régions, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs est incapable de mettre en valeur les secteurs générateurs d’emplois et de retombées économiques importantes. Ce n’est pas compliqué, pourtant : la forêt, la faune, l’acériculture, il faut les faire travailler ensemble. C’est possible. Mais pour ce faire, il faut de la volonté politique, ce qui n’est manifestement pas le cas au MFFP », conclut le député.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média