Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 février 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Québec bonifie l'aide financière pour le transport interrégional, Orléans Express en réflexion

TRANSPORTS

Orléans Express

©Photo Dominique Fortier - Chaleurs Nouvelles

Les autobus d'Orléans Express assurent les liaisons interrégionales en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent ainsi que vers les grands centres.

Même si le gouvernement du Québec a annoncé une aide financière supplémentaire de 10 millions de dollars destinée exclusivement aux transporteurs par autobus entre les régions, l'entreprise Orléans Express n'a toujours pas statué sur le maintien du service en Gaspésie.

Cette enveloppe s'ajoute à une autre aide financière de 18 millions de dollars avancée par le ministère des Transports en début de pandémie. Le ministre, François Bonnardel, estime que ce soutien permettra aux entreprises de transport par autobus d'assurer leur survie et de maintenir un service en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, mais aussi dans toutes les régions du Québec

On peut notamment penser aux liaisons interrégionales à l'Est de Rimouski dont la suspension est prévue par Orléans Express, faute de passagers et de revenus. On a tenté de rejoindre l'entreprise qui a répondu par la voie d'une firme de communication externe. Selon cette dernière, Orléans Express étudierait actuellement le programme gouvernemental proposé afin de déterminer s'il répond aux besoins de l'entreprise. Pour l'instant, Orléans Express ne désire pas commenter davantage, évoquant que l'annonce de l'aide financière aux transporteurs est trop récente et que l'analyse est toujours en cours.

Rappelons qu'au cours des dernières semaines, le gouvernement de la Coalition Avenir Québec avait eu de sérieuses discussions avec Kéolis Canada, l'entreprise qui opère les autobus Orléans Express afin de trouver un terrain d'entente pour un maintien des liaisons dans l'Est-du-Québec. Les élus gaspésiens avaient également fait valoir leur point de vue en évoquant l'importance du transport par autobus pour les gens devant se déplacer à Rimouski pour des rendez-vous médicaux. Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, avait souligné que l'autobus était le seul moyen de transport pour ses citoyens qui ne sont pas desservis, ni par avion, ni par voie ferroviaire.

Publicité

Défiler pour continuer

D'autres élus avaient également rappelé qu'Orléans Express détenait le monopole des liaisons par autobus en Gaspésie et, conséquemment, se devaient d'offrir un minimum de services. Rappelons également que ce monopole avait signé la fin du service d'autres transporteurs interrégionaux comme Taxi Fortin. Par ailleurs, outre le soutien gouvernemental, les MRC gaspésiennes font également leur part en versant 7 500 $ chacune par année pour assurer le maintien des services d'Orléans Express.

Quant à la ministre du développement économique régional, Marie-Eve Proulx, elle a mentionné que l'occupation du territoire passe en partie par le transport interrégional. « La situation difficile à laquelle nous faisons face ne doit pas priver la population de ces services essentiels. Nous avons donc agi rapidement pour soutenir l’industrie et maintenir le déplacement entre les régions. »

De son côté, Daniel Côté croit fermement que cette récente annonce d'aide financière découlera inévitablement sur un maintien du service par le transporteur par autobus. « On a vite compris qu’il s’agissait d’une stratégie de leur part [Keolis Canada] pour obtenir des subventions. On a eu l’impression qu’on se faisait prendre en otage et qu’on demandait au Québec de payer la rançon, si je peux me permettre l’image [...] Au-delà de la question de la clientèle, on a toujours l’impression de se faire prendre à la gorge et ça, ça me pue au nez et ça m’énerve », a indiqué le maire Daniel Côté lors du conseil municipal de lundi soir.

Ce dernier ajoute que des équipes travaillent ardemment à trouver un plan B pour le transport par autocar. On ne veut surtout pas revivre le scénario de cet été dans le domaine aérien, alors qu’Air Canada a subitement décidé d’abandonner plusieurs de ses dessertes régionales, dont ses liaisons vers Gaspé. « Cette fois, la petite menace a été une goutte qui a fait déborder le vase et régionalement, on va travailler sur une piste de solution. »

La suspension des services d'Orléans Express est prévue pour le 7 février. Reste maintenant à voir si cette nouvelle aide gouvernementale modifiera les plans du transporteur.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média