Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

14 janvier 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Le plein de nouveaux citoyens

GASPÉSIE-ÎLES-DE-LA-MADELEINE

Déménagement Valise

©Photo rawpixel.com

Du 1er juillet 2019 au 1er juillet 2020, ce sont 190 700 personnes qui ont changé d'adresse et de région administrative dans la province. C’est 2,3 % de la population.

Plusieurs ont choisi la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine comme terre d’accueil (l’Institut de la statistique du Québec ne sépare pas les données des deux territoires). Pour une quatrième année consécutive, le solde migratoire interrégional est positif. Cette fois, ce sont 681 personnes de plus qui ont été répertoriées (taux net de +0,74%), dépassant largement les valeurs antérieures. Dans ces quatre années de solde positif, la meilleure avait été jusqu’ici 2018, qui avait vu 238 arrivées de plus que de départs. « Toutes proportions gardées, la région figure même en quatrième position de toutes les régions quant à l’ampleur des gains », souligne l’ISQ dans son bulletin sociodémographique. Encore mieux, toutes les MRC de la Gaspésie ont enregistré un solde migratoire positif, une première depuis 2001-2002.

De quoi réjouir les différents acteurs du milieu démographique, dont la Stratégie Vivre en Gaspésie qui chaque année y va d’initiatives variées pour vanter les mérites de la région à de potentiels nouveaux arrivants. « En plus de confirmer la tendance que nous avions remarquée dans les dernières années, ces données viennent démontrer que nos efforts portent leurs fruits. Nous aurions difficilement pu imaginer un meilleur scénario pour une région qui perdait, il y a à peine 20 ans, environ 1 200 habitants pour année au profit des autres régions », explique le coordonnateur Danik O’Connor.

Même son de cloche pour Nadia Minassian, préfète dans Rocher-Percé et présidente du Regroupement des MRC de la Gaspésie, qui y voit le fruit des efforts concertés pour renverser la tendance démographique. « Ce solde ne constitue pas une bonne nouvelle; il constitue une excellente nouvelle! [...] C’est la preuve de l’importance de supporter des initiatives comme la Stratégie Vivre en Gaspésie, mais également de porter une attention à l’impact démographique de chacun des dossiers de la région. »

L’ISQ souligne que le bilan de l’année 2019-2020, qui a débuté avant la pandémie, n’offre pas une pleine mesure de l’effet de la crise sanitaire sur la dynamique migratoire interne. « Les déménagements se planifient souvent longtemps à l’avance, alors même ceux réalisés à partir de mars 2020 étaient en partie prévus avant que la pandémie ne survienne. De plus, des personnes ayant décidé de changer de région de résidence en raison des répercussions de la crise n’ont peut-être pas encore concrétisé leur projet. Les données des prochaines années viendront contribuer à une meilleure mesure et compréhension de l’incidence de la pandémie sur la migration interne au Québec. Il ne sera toutefois pas forcément aisé de distinguer cet effet d’autres phénomènes qui agissent sur les flux migratoires interrégionaux. »

Solde migratoire interrégional
       2016      2017      2018      2019      2020
Rocher-Percé      53      38      -18      40      54
Côte-de-Gaspé      -102      92      102      22      128
Haute-Gaspésie      -94      -18      -18      -101      87
Bonaventure      -45      -21      13      -20      160
Avignon      0      -11      65      70      88
Les Îles      -9      42      94      120      164
TOTAL      -197      122      238      131      681

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média