Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

31 décembre 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Rétrospective 2020

Rétro CN 2020

©Photos - Roxanne Langlois et Doug Allen Shaw

Un virus, des inondations, un blocus ferroviaire et du camping illégal; voilà quelques élélments qui ont marqué l'année 2020 en Gaspésie.

EN COLLABORATION AVEC JP THIBAULT - Alors que s'achève 2020 qui aura été tout sauf ordinaire, le Chaleurs Nouvelles revient sur quelques nouvelles importantes qui ont marqué cette année singulière en Gaspésie.

Le rail bloqué pendant 25 jours à Listuguj

10 février. Une poignée de résidents de Listuguj prennent d’assaut le passage à niveau du chemin Gospem, situé sur le territoire de la communauté autochtone. Paralysant les activités de transport ferroviaire de la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG), ces membres expliquent agir en soutien aux chefs héréditaires de la communauté autochtone Wet'suwet'en de la Colombie-Britannique, qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink prévu sur leurs terres ancestrales. La cause s’étend aux quatre coins du Canada, ayant des impacts majeurs sur le passage des trains de marchandises et de passagers. Les médias locaux suivent attentivement le blocus de Listuguj alors que les manifestants se relaient par petits groupes et que le campement de fortune prend de l’ampleur au fil des jours. Le 25 février, Québec émet une ordonnance judiciaire afin de forcer les manifestants à libérer la voie ferrée gaspésienne, qui appartient à Québec; la requête est valide jusqu’au 5 mars à 23h59. Si les citoyens à l’origine du barrage disent d’abord ne pas avoir l’intention d’obtempérer, ils communiqueront finalement eux-mêmes avec la SCFG afin d’organiser le démantèlement de leurs installations. Celui-ci suivra de près celui de Kanesatake, le 5 mars. L’organisme qui administre le rail gaspésien estime avoir perdu quelque 500 000 $ en raison de ce barrage qui aura tenu, au total, pendant 25 jours.

Listuguj

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Lady Maria

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

La COVID-19 frappe fort dans la MRC Avignon

Mars. La COVID-19 fait une entrée fracassante dans la MRC Avignon. Lors de la première vague de la pandémie, le virus est parvenu à s’immiscer entre les murs de la résidence privée pour aînés Manoir du Havre de Maria; au total, cinq résidents décéderont des suites du virus et la quasi-totalité des personnes hébergées sur place, soit 28 sur 30, seront testées positives. Une deuxième éclosion est constatée dans la même période; elle fera deux victimes supplémentaires parmi les bénéficiaires du CHSLD de la municipalité. La deuxième vague de contagion, à l’automne, frappera encore plus Avignon que la première : la situation est si critique au début d’octobre que trois municipalités, Nouvelle, Carleton-sur-Mer et Maria, doivent être placées en zone rouge par Québec. Elles y sont demeurées du 6 octobre au 10 novembre en raison d’un taux de cas actif par 100 000 habitants exceptionnellement haut. Ce dernier a en effet atteint, le 8 octobre, 1446,3. Plusieurs éclosions surviennent encore une fois au cours de l’automne dans différents établissements du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie, dont une deuxième au CHSLD de Maria. Cette fois, 11 personnes y perdront la vie, en plus de 5 autres au CHSLD de New Carlisle. Sur la photo, on aperçoit le CHSLD de Maria.

Du camping qui dérange

1er juin. Un des sujets chauds de la dernière année que celui du camping sauvage sur les plages de la Gaspésie. Ironiquement, pour prévoir le coup, la Ville de Gaspé dépose avant l’été un avis de motion pour mieux encadrer la pratique. On veut notamment y interdire le camping sur les plages. L’idée entraîne cependant la grogne populaire et une pétition recueille plusieurs milliers de signatures pour que la ville réévalue sa position, ce qu’elle fait. Mais ce qui devait arriver arriva. Le nombre de visiteurs explose, avec plusieurs désagréments collatéraux. Déchets éparpillés à tout vent, destruction de milieux naturels, défections à peine cachées, fornication devant public, insultes par médias sociaux interposés et tutti quanti. Idem ailleurs en Gaspésie, notamment sur la barre de sable du barachois de Malbaie à Percé et à la pointe Saint-Pierre, deux milieux fragiles. La situation fait la manchette dans les bulletins nationaux pendant plusieurs jours, envenimant parfois les relations entre touristes et Gaspésiens. Pour ne pas rejouer dans le même film, le conseil municipal de Gaspé a mandaté récemment le Comité ZIP de la Gaspésie afin de mener des consultations publiques et trouver un compromis.

Camping Plage

©Roxanne Langlois

Air Canada Dash 8-300 Abitibi-Témiscamingue

©Photo: Archives/Air Canada

Air Canada suspend ses liaisons

30 juin. Air Canada annonce par communiqué la suspension de ses escales vers Gaspé, semant la commotion, notamment pour les 400 à 450 professionnels de la santé qui arrivent chaque année par la voie des airs. Le branle-bas de combat s’amorce et toutes les pierres sont retournées pour trouver une solution. Moins de deux mois plus tard, le 17 août, Pascan Aviation inaugure son premier vol à Gaspé. La compagnie privée y est encore aujourd’hui. Pendant ce temps, d’autres scénarios sont sur la table pour revoir le modèle d’affaires et assurer la pérennité d’un transporteur, notamment via la coopérative TREQ. Celle-ci accueille en septembre l’ex-député péquiste Gaétan Lelièvre à son bord comme délégué régional et membre fondateur.

La Maison Busteed incendiée

30 août. En soirée, vers 21h40, un bâtiment patrimonial gaspésien vieux de 220 ans s’envole en fumée; la maison Busteed, située à Pointe-à-la-Croix, est ravagée par les flammes. Le bâtiment, qui était fort probablement la plus vieille résidence de la péninsule, a été construit en 1800 par Thomas Busteed. Alors que le service incendie de Pointe-à-la-Croix estime avoir affaire à un incendiaire, c’est le service de police de la communauté autochtone de Listuguj qui prend l’enquête en main. Selon les autorités, une première tentative de mettre le feu à cette résidence patrimoniale officiellement nommée Maison Bordeaux aurait été faite une dizaine de jours auparavant et faisait également l’objet d’une enquête. De nombreux historiens et fervents défenseurs du patrimoine gaspésien commenteront cette perte dans les heures suivant l’incendie. Rappelons que la maison, acquise par le fédéral en 2009, était laissée à l’abandon; le plan était de la céder deux ans plus tard à Listuguj. Or, les membres de la communauté ne se sont jamais entendus sur la vocation à donner à la maison, considérée comme plusieurs comme un symbole du colonialisme britannique. Aucune arrestation n’avait eu lieu en lien avec les événements au moment d’aller sous presse.

Maison Busteed

©Photo Gracieuseté Michel Goudreau / Société historique Machault

Nathalie Normandeau

©Photo - Archives

Le procès de Nathalie Normandeau avorte

25 septembre. Le Québec apprend la fin d’une saga judiciaire qui aura finalement duré quatre ans et demi : l’ex-députée du comté de Bonaventure et ancienne vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau, ainsi que ses six coaccusés ne subiront finalement pas de procès au criminel. Leur requête pour délais déraisonnables de type Jordan est en effet accueillie par le juge André Perreault, au palais de justice de Québec. Le magistrat tranche ainsi que le droit des requérants à être jugés dans un délai raisonnable n’a pas été respecté et ordonne l’arrêt des procédures. En plus de Mme Normandeau, l’ex-maire de Gaspé François Roussy, l’ex-chef de cabinet de Mme Normandeau Bruno Lortie ainsi que d’anciens dirigeants de la firme de génie-conseil Roche (Marc-Yvan Côté, Mario Martel et France Michaud) ont également été arrêtés le 17 mars 2016. Rappelons que l’ex-politicienne gaspésienne faisait l’objet, avant d’être innocentée, de chefs d’accusation d’abus de confiance, de souscription frauduleuse à une caisse électorale ainsi que de corruption.

Un Gaspésien met la main sur la Coupe Stanley

28 septembre. Exploit sportif pour Cédric Paquette qui, avec le Lightning de Tampa Bay, remporte la Coupe Stanley dans une année particulière où les séries sont jouées sans spectateur à l’intérieur de villes-bulles. Le 22 octobre, le principal intéressé est en ville et signe le livre d’or de Gaspé. Une parade est organisée; elle réunit un long convoi de plusieurs dizaines de véhicules et des partisans fiers de leur héros local. Cédric Paquette se taille une place de choix dans l’histoire du hockey professionnel en Gaspésie.

Paquette

©Capture d'écran TVA Sports

F.-A.-Gauthier

©Stéphane Quintin - Chaleurs Nouvelles

La saga des traversiers se poursuit

28 octobre. Alors que les Québécois croyaient être au bout de leurs peines dans la saga du traversier F.-A.-Gauthier, voilà que la Vérificatrice générale dépose un rapport accablant faisant état de plusieurs manquements du côté de la Société des Traversiers du Québec. Guylaine Leclerc mentionne le manque de ressources pour assurer la surveillance du chantier en Italie, le choix du constructeur qui n'était pas arrimé aux normes de l'industrie et la gestion déficiente des risques de bris qui a entraîné l'achat de deux bateaux de remplacement dont l'un d'entre eux a été mis au rancart quelques semaines après son acquisition. Depuis ce temps, un nouveau problème de propulseurs a relégué le F.-A.-Gauthier à la cale sèche pour une durée indéterminée laissant ainsi tout le poids des traverses sur les frêles épaules du bateau scandinave Saaremaa I

Des inondations majeures en décembre

1 et 2 décembre. La population de la Baie-des-Chaleurs n’est pas au bout de ses surprises lorsque surviennent des inondations. La crue des eaux, qui isolera quelque 235 résidences dans les MRC Avignon et Bonaventure, causera de nombreuses fermetures de rues et inondations, notamment dans le secteur de la boutique Rhéal Pitre Sports et du chemin Saint-Edgar, à New Richmond. Selon les calculs du ministère des Transports, le réseau routier ainsi que le chemin de fer gaspésien subissent au total 11 M$ de dommages. La route 299 reliant Sainte-Anne-des-Monts à New Richmond sera notamment fermée à toute circulation en raison de bris sur le pont du ruisseau Blanc. Transports Québec lance néanmoins rapidement les travaux afin que la route puisse être de nouveau accessible en janvier 2020. Du côté des infrastructures ferroviaires, les vieux ponts enjambant la rivière Cascapédia sont officiellement mis hors d’usage, endommagés par un embâcle majeur. Plus aucun train n’est dès lors autorisé à transiger par ces structures qui seront démantelées dans les jours suivants, ce qui occasionnera une suspension du transport ferroviaire. Québec annonce que le chantier mené par l’entrepreneur Hamel Construction, qui avait déjà commencé à ériger les nouveaux ponts voués à remplacer les anciens, sera significativement accéléré afin de permettre leur mise en service dès le début de l’année 2020. Les mesures d’accélération, défrayées par Québec, propriétaire du rail, s’élèvent à elles seules à environ 700 000 $.

Inondation New Richmond

©Photo Gracieuseté de Allen Doug Shaw

Ciment Cimenterie Port-Daniel

©Jean-Philippe Thibault

La cimenterie passe aux mains des Brésiliens

10 décembre. Après des mois de rumeurs, la société Votorantim Cimentos International – sixième producteur de ciment le plus important du monde – met finalement le grapin sur Ciment McInnis. L’entreprise brésilienne détiendra 83 % des actions d’une coentreprise, dont l’autre 17% sera détenue par la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui était jusqu’alors actionnaire de contrôle. Sans surprise, les réactions sont aussi nombreuses que variées en région.

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média