Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 novembre 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Damien Allard établit un record du plus gros navet cultivé à ce jour

Damien Allard navet

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Damien Allard, tenant fièrement le navet laurentien de 29 kg sorti de terre plus tôt aujourd'hui.

INSOLITE. Vingt-neuf kg : c’est le poids que pèse le gigantesque navet récolté à Carleton-sur-Mer par Damien Allard plus tôt aujourd’hui; le Gaspésien met ainsi la main sur un nouveau Record Guinness par plus de dix kilos et il entend bien le faire homologuer.

 

L'Audomarois avait récolté un spécimen de bonne taille il y a quatre ou cinq ans sans y apporter de soins particuliers. Il s’était alors lancé à lui-même le défi de battre le Record Guinness détenu par un dénommé Scott Robb, qui l’a homologué en 2004 en Alaska. Le Gaspésien espérait ainsi dépasser la marque des 17.77 kg, ce qu’il a aisément fait. « On est quand même huit milliards sur la terre, mais je suis le seul à avoir réussi à (faire pousser) un gros navet comme celui-là. C’est quand même un peu exceptionnel! », lance-t-il en riant. La circonférence du plus gros navet cultivé à ce jour fait 138 cm; il mesure 35 cm de haut et 46 cm de large.

L’ingénieur forestier de formation, qui avait mordu la poussière l’an dernier avec un navet auquel il ne manquait que 2,25 kg, était fort satisfait d’avoir cette fois-ci remporté son pari avec le navet laurentien qui a poussé à partir de semences achetées à la quincaillerie BMR de Saint-Omer. « Je suis très, très heureux. Ça fait quand même deux ans que je travaillais assez intensément sur mes navets, même si c’est spécial de dire ça. Je me doutais très fortement que cette année, c’était (la bonne) année, mais je ne serais jamais allé jusqu’à dire qu’il pourrait monter à 29 kilos », résume le retraité.

Des amis et des membres de la famille du détenteur du nouveau record se sont rassemblés lundi sur le terrain de sa voisine, rue Bélanger à Saint-Omer, où il a pris soin de trois immenses phénomènes tout au long de l’été. Tous étaient fort enthousiastes à l’idée de savoir si les efforts investis par Damien Allard allaient lui rapporter une mention à l’international.

Publicité

Défiler pour continuer

L’homme a promulgué beaucoup d’amour et de soins à trois rutabagas après les avoir semés, le printemps dernier. Outre la préparation du terrain, l’engrais et le compost, environ dix minutes ont été quotidiennement dévolues à ses légumes au courant de l’été. « Je n’ai pas mis beaucoup de temps, mais il faut être assidu », nuance l’agriculteur amateur. Les deux autres navets cultivés, battant eux aussi le record établi, pesaient quant à eux 22.9 et 24.4 kg.

 

En route vers l’homologation… et la distribution

Assisté de ses deux témoins, l’agronome Germain Babin et un ami, Jean-Christophe Gagnon, Damien Allard a sorti de terre un légume spectaculaire en suivant la marche à suivre officielle édictée par les Record Guinness. Tout le matériel vidéo et les photographies nécessaires à l’homologation de l’exploit ont été captées afin que le processus soit enclenché; quelques mois pourraient s’écouler avant que l’homme de Carleton-sur-Mer sache véritablement s’il sera, oui ou non, inscrit aux Records Guinness.  

Damien Allard navet

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Trois navets ont été cultivés sur le terrain de la vétérinaire Nicole Lépine, à Saint-Omer.

Damien Allard compte faire du potage « en quantité presque industrielle » avec le navet vainqueur, qui a dû être découpé sur place pour valider que sa chair était pleine. Le deuxième sera fort probablement mis aux enchères pour la Zec de Nouvelle afin de compenser le fait que le souper-bénéfice de l’organisation n’ait pas pu avoir lieu cette année; la moitié des fonds récoltés devrait être remise à un organisme de charité de la région. Enfin, il était prévu, au moment d’écrire ces lignes, que le troisième légume racine soit remis à la Source alimentaire Bonavignon de Maria.

Quant à M. Allard, il n’a pas l’intention de retenter l’expérience une nouvelle fois. « On trouvera bien autre chose, mais l’année prochaine, il n’y aura pas de navet », conclut-il, tout sourire.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média