Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

13 octobre 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Maryse Goudreau sacrée artiste de l’année par le CALQ

Maryse Goudreau

©Photo fournie par Maryse Goudreau

Les curieux pourront en apprendre davantage sur le travail de Maryse Goudreau, puisqu’un portrait de l’artiste sera réalisé au cours de l’automne grâce à un partenariat conclu avec La Fabrique culturelle de Télé-Québec.

CULTURE. L’artiste multidisciplinaire Maryse Goudreau, travaillant et résidant à Escuminac, est nommée artiste de l’année par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ).

 

L’instance a annoncé l’identité de la récipiendaire du prix le 6 octobre dernier ; cette reconnaissance est assortie d’une bourse de 10 000 $. Les membres du jury du CALQ ont ainsi souligné l’apport de Mme Goudreau, et ce, tant à sa région qu’à sa discipline.

« Son travail, d’une grande qualité esthétique et philosophique, présente un rapport à l’écologie exceptionnellement riche. L’approche immersive qu’elle privilégie dans la présentation de ses œuvres engendre un impact significatif sur sa communauté », peut-on lire dans le communiqué acheminé aux médias.

La principale intéressée s’est dit quant à elle fort heureuse de cette nomination ainsi que de l’intérêt porté à son travail. « C’est vraiment apprécié parce les artistes, on est souvent dans le doute et ça nous colle aux talons. Recevoir un prix comme celui-là, ça fait vraiment du bien et ça donne un souffle pour aller vers de nouvelles choses ! », a-t-elle expliqué au Chaleurs Nouvelles.

Maryse Goudreau compte de nombreuses cordes à son arc : en plus d’œuvrer en photographie, elle est aussi cinéaste et chercheuse indépendante. La jeune femme crée notamment, depuis 2012, une archive dédiée au béluga ; celle-ci est composée de diverses données et créations.

La Gaspésienne a d’ailleurs lancé La conquête du béluga en juin dernier, sa deuxième œuvre littéraire. À mi-chemin entre une pièce de théâtre et un livre photographique, l’ouvrage se veut le témoin de 150 ans d’évolution politique et sociale en lien avec la baleine blanche.  

Deux autres personnes étaient finalistes afin de recevoir ce prix : l’auteur-compositeur-interprète Cédrik St-Onge ainsi que l’autrice et l’illustratrice jeunesse Marie-Ève Tessier-Collin, alias Orbie.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média