Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

21 septembre 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

La COVID-19 frappe de nouveau dans Avignon

CHSLD Maria Septembre

©Photo Chaleurs Nouvelles – Roxanne Langlois

La résidence Saint-Joseph de Maria compte 91 résidents; près de 130 personnes y travaillent.

COVID-19. Si elle a en quelque sorte pris des vacances estivales, la COVID-19 est de retour en force dans la MRC Avignon. Avec 17 des 26 cas enregistrés en une semaine en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et une deuxième éclosion à la résidence Saint-Joseph de Maria depuis le début de la pandémie, la direction de la santé publique régionale appelle les citoyens à la prudence.
 

Dans un bilan mis à jour lundi après-midi, les autorités de la santé faisaient état de sept résidents du CHSLD marien touchés par le virus et de moins de cinq employés testés positifs. L’une des personnes résidant sur place a d’ailleurs dû être transférée dans un hôpital de Rimouski, ce qui porte le nombre d’hospitalisations comptabilisées depuis le début de la crise sanitaire à 19.

Il s’agit de la première hospitalisation depuis le début de la deuxième vague. « Oui, la personne a été testée positif à la COVID-19, mais ce n’est pas à cause de la COVID-19, mais bien en raison de son état de santé général (qu’elle a été hospitalisée) », nuance Chantal Duguay, présidente directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie.

Précisons que toutes les personnes testées en lien avec l’éclosion en cours au CHSLD de la Baie-des-Chaleurs n’avaient pas encore reçu leur résultat au moment de publier ces mots. Le 21 septembre, la région comptait onze nouveaux cas :  sept dans Avignon et quatre dans Côte-de-Gaspé.

Une « faille »

Des études épidémiologiques sont en cours afin de tenter d’éclaircir de quelle façon le virus se serait immiscé à l’intérieur des murs de l’établissement de soins longue durée. Au moment d’écrire ces lignes, il était toujours impossible de le confirmer. « Il faut se rappeler que le virus est toujours là. Il a profité d’une faille à quelque part. […] Il s’agit certainement d’une faille dans l’une de nos quatre mesures de base », fait valoir le directeur régional de santé publique Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Yv Bonnier-Viger.

Ainsi, l’éclosion pourrait selon lui être attribuable à une personne qui aurait omis de se confiner malgré des symptômes, de respecter les distances règlementaires, de porter le masque dans un lieu public ou de se laver les mains. « Dans un CHSLD comme celui-là qui a déjà connu une éclosion, les mesures de prévention étaient déjà très strictes et les gens portaient leurs équipements de protection », renchérit le professionnel de la santé.

Selon lui, la vague de cas que connait actuellement la Baie-des-Chaleurs ne justifie pas une mesure draconienne tel qu’un nouveau confinement. « Le reconfinement est une mesure qu’on va essayer de préserver pour un moment où on aura complètement perdu le contrôle. On sera davantage dans une zone rouge, par exemple. On n’en est vraiment pas là. Pour l’instant, on pense qu’on est capables de retracer l’origine des diverses contaminations qu’on a eues et de les contrôler correctement », ajoute le médecin.

Des ressources suffisantes

Si Mme Duguay admet que la situation cause un certain stress au sein du personnel de la résidence Saint-Joseph, tous les moyens sont mis en place pour limiter la contagion. Les ressources humaines et matérielles sont d’ailleurs suffisantes pour répondre à cette éclosion, note-t-elle, et ce, même si les tests de détection sont actuellement à la hausse.

« Seulement au cours de la journée d’hier (dimanche, le 20 septembre), il y a quand même eu 115 dépistages réalisés à la roulotte de Maria. Soixante-cinq de ces 115 dépistages étaient des sans rendez-vous. On a la capacité de répondre à la demande actuellement », fait valoir la gestionnaire.

Les résidents du CHSLD de Maria sont pour le moment confinés à l’intérieur de leurs chambres; les visites sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Les employés présentant des symptômes et ceux qui sont à risque en raison de leurs contacts avec des personnes infectées demeurent à la maison.

Publicité

Défiler pour continuer

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média