Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

27 juillet 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Non, nous ne sommes pas misérables

ÉDITORIAL

Ordures

©Photo Gracieuseté

Une scène croquée sur une plage de la péninsule gaspésienne.

PAR DOMINIQUE FORTIER

Depuis quelques jours, nous entendons des histoires surréalistes de touristes qui campent impunément sur des terrains privés, qui laissent leurs déchets et les restes de leur beuverie de la veille dans nos forêts et qui poussent même le manque de savoir-vivre jusqu'à aller déféquer dans le sable de nos plages.

Cette attitude n'a pas lieu d'être. C'est irrespectueux, malpropre, mal élevé sans compter que ça contrevient aux règlements de plusieurs municipalités. Or, si ces règlements ont été mis en place, c'est justement pour éviter que des touristes mal organisés et méprisants de l'environnement qui les entourent en fassent à leur guise et agissent comme si tout leur était dû.

Est-ce qu'on veut des touristes? Certainement. Est-ce qu'on a besoin de touristes pour vivre? En partie, oui. Est-ce que cette économie saisonnière basée sur le tourisme justifie qu'on doive accepter n'importe quel comportement digne de l'âge de pierre? Non et non. Nous ne sommes pas si misérables pour tolérer ce genre d'écart de conduite. Jusqu'à quel point devons-nous nous mettre à genoux pour accommoder des touristes qui ont décidé que leurs vacances ne seraient pas gâchées par leur propre manque d'organisation. Personnellement, quand je planifie une escapade à huit heures de route de chez moi, je m'assure d'avoir un endroit où rester avant de quitter mon chez-moi.

Aujourd'hui, je tentais de circuler dans une rue qui est déjà trop étroite pour avoir deux voies. Il y avait tellement de motorisés de stationnés dans la rue que je devais rouler dans la voie inverse. Lorsque j'ai rencontré un autre véhicule, j'ai dû reculer pour laisser la voiture passer. Il y a quelques jours, j'étais à la halte routière, là où des campeurs avaient décidé d'installer leur tente dans les petits belvédères communs. Je vous épargne ce que j'ai vu sur le quai et sur les plages. Vous en avez déjà une bonne idée.

Mais au-delà du comportement de certains visiteurs, celui de certains de mes concitoyens me chatouille un brin. Je sais qu'ils font ça pour le bien de la région mais il ne faut pas s'autoflageller non plus. On s'excuse de ne pas avoir été suffisamment préparé à l'affluence touristique sans précédent. On se met pratiquement à genoux devant ces touristes en les suppliant de revenir l'an prochain. Premièrement, tous les visiteurs ne sont pas des malotrus sortis du film « Lendemain de veille ». Ça, on le sait. C'est un cas de « Si le chapeau te fait, mets-le ». Or, il ne faut pas avoir peur de dénoncer ces comportements primitifs par crainte que les touristes nous boudent dans l'avenir. Nous devons être fiers de qui nous sommes, de ce que nous avons à offrir et nous ne devons surtout pas nous excuser pour des gens qui ne savent tout simplement pas vivre. Mentionnons au passage que nous sommes dans une crise sanitaire exceptionnelle qui réduit déjà la capacité d'accueil de la région.

J'entends des gens dire: « Oui, mais il n'y a pas assez de toilettes! » C'est drôle, mais quand je vais à Montréal et que je magasine sur la Sainte-Catherine, pratiquement aucun commerce ne nous laisse utiliser les toilettes sans avoir acheté quelque chose. Pourtant, il ne m'est jamais arrivé d'aller me soulager dans la ruelle à côté des Foufounes électriques. Pourquoi? Parce que ma mère m'a enseigné à me retenir dès mon jeune âge. Cette règle élémentaire de vie me suit encore aujourd'hui. Et si les poubelles sont pleines au moment de ton passage sur la plage, tu ramènes tes ordures jusqu'à la prochaine poubelle. N'importe quel amant de la nature qui s'aventure dans la nature sauvage vous le dira.

Ensuite, j'entends d'autres gens évoquer leur « libaaaarté » de pouvoir camper où ils veulent. Non, tu n'as pas le droit de camper n'importe où parce que tu pratiques du soi-disant « camping sauvage ». Nous n'avons donc pas à implorer le pardon des touristes. Avez-vous déjà entendu Québec s'excuser de ne pas avoir assez d'hôtels pour accueillir tous les gens? Est-ce que Montréal se fond en excuses de ne pas avoir assez de toilettes publiques pour accommoder tous les passants? Non. Et c'est normal. Parce que c'est la responsabilité de chaque personne de bien planifier ses déplacements.

La courtoisie est une danse qui se danse à deux. Oui, nous sommes réputés pour être accueillants et ça ne changera pas. Mais on n'a pas à tolérer de tristes scènes comme nous en voyons depuis le début des vacances. Ce n'est pas vrai que nous ne valons pas plus que les dollars que les touristes investissent chez nous. Notre région est notre richesse et nous sommes ouverts à la partager avec tout le monde les bras grands ouverts, mais pas à n'importe quel prix. Parce que nous ne sommes pas misérables au point d'accepter qu'on nous traite comme si nous étions des citoyens de seconde classe.

Dominique Fortier

Chef de contenu

L'Avantage gaspésien - L'Avant-Poste - Gaspésie Nouvelles - Chaleurs Nouvelles

 

Commentaires

27 juillet 2020

Jacynte Boudreau

Je suis en parfait accord avec l’analyse que vous faites de la situation. Je vous suis reconnaissante d’exprimer aussi clairement ce que les gaspésiens ressentent. Merci de partager vos talents d’analyse rationnelle structurée et d’écriture aussi limpide !

27 juillet 2020

Louiselle Dupuis

Félicitations monsieur Fortier pour cet article très bien articulé. Non vous avez raison nous ne sommes pas pauvres et misérables au point d'accepter n'importe quoi des citadins ou peut importe de l'endroit d'où viennent ces touristes (que je nomme présentement) des tourisques.

27 juillet 2020

Sylvio Turgeon

Excellent éditorial que je partage à 200%. Je trouve déplorable et choquant qu'une minorité de sans-savoir-vivre souille vos beaux espaces et se comporte comme des abrutis au détriment de ceux qui savent "visiter" et de ceux qui savent "recevoir". Ce qui me mets le plus en colère est que pour certains, les touristes seront étiquettés comme " tous pareils" et comme souvent, la majorité va payer pour la minorité des sans-dessein qui se sacrent des hôtes, de l'environnement et des conséquences. J'adore le Bas-St.Laurent et la Gaspésie et j'y retourne à chaque année... J'espère juste que des gens comme moi n'auront pas à écoper pour les imbécilités des irrespectueux des grands centres!

27 juillet 2020

Roseline Joseph

Merci ré ce texte.

27 juillet 2020

Estelle Leblanc

Oh que j’aime cette réflexion empreinte d’une grande perspicacité. Visiter la Gaspésie en temps de pandémie est est partant une aventure au cœur de la nature. On n’y vient pas pour les musées les immenses centres d’achat. La Gaspésie c’est la mer c’est l'océan. C’est beau et c’est grand . La Gaspésie c’est moi aussi qui te reçoit et qui veut te voir revenir à nouveau pour partager ce paradis.

27 juillet 2020

Guylaine

Très bien dit Dominique

27 juillet 2020

Pierre Pelletier

Moi je suis originaire de la GASPESIE JE NE VIE PLUS LA-bas Mais je trouvé cela tres decevant de void du mondeSanas savour vive come cela et je suis d’accord pour les expulser sans hi situation

28 juillet 2020

Madeleine Toutant

Vous avez bien raison de dénoncer ces gens qui ne savent pas vivre en gens civilisé parce qu' ils sont en vacances

28 juillet 2020

Marie-Claude Veilleux

Le gouvernement devrait faire compléter aux touristes comme aux îles de la Madeleine, un document justifiant leur venue avec une preuve de réservation d’hébergement ainsi que des questions sur leur état de santé, car au delà de la propreté de nos berges et du savoir vivre, il y a surtout le fait que nous n’avions plus de cas de covid 19 et qu’avec cette vague de visiteurs sans masque et sans distanciation nous allons y goûter encore une fois !!!

28 juillet 2020

Lisette

C’est révoltant que des gens de l’extérieur viennent souller notre beau pays. A t on des moyens pour les retourner d’où il viennent. En plus de tout ce qu’ils peuvent nous transmettent Dans cette periode de pandémie. On n’est pas obligé de tolérer ça

28 juillet 2020

Micheline Simpson

Elle fait quoi la police dans tout cela? N’est il pas de leurs obligations d’arrêter les « mal autrui » disrespectueux qui trépassent Sur des terrains privés où encore des terrains, jardins municipaux sans autorisation.

28 juillet 2020

François Poirier

Complètement d’accord avec vous,moi ça fait 30 ans que je suis partie de ma Gaspésie natale et voir tous ces idiots massacrer notre beaux coins de pays m’écœure aux plus haut points!!!!!!Cette années je n’ai pas descendu chez ma mère car à son âge j’avais peur d’emmener la maladie.Mais une chose est sûr c’est que l’année prochaine,je retourne à st-siméon m’assoir sur le bord de la mer et sentir l’air salins à grand poumons!!!!!!Gaspesien un jour, Gaspésien toujours!!!!!!!

28 juillet 2020

Estelle Larocque

On a dis aux Quebecois, consommez Quebecois..pour notre économie... Achat local, arts, produits de toutes sortes, et tourisme (bien qu'il y ait des rétiscences locales) d'accueillir les touristes d'outre-mer ou d'outre province et même de québecois dans ce contexte exceptionnel, alors que les régions touristiques n'étaient pas préparées à cet engoument des québécois tout en voulant garder un équilibre économique si nécessaire à leur région et tout en ayant en tête qu'un touriste est un risque....Cependant, sans prévoir cette envie des québecois pour découvrir les régions après une restriction frustrante pour tous, on se retrouve avec des infractures innappropriés par manque de vision à long terme..et tout ça en gardant à l'esprit le besoin d'évasion mentale et la sécurité sanitaire..Si cette crise pertube, il faudra tout de même qu'il y ait des ajustements à faire pour le futur tourisme en passant par la rigueur et en gardant à l'esprit que chaque personne non protégé sera toujours un vecteur jusqu'a un vaccin qui n'est pas pour cette année....on doit faire avec et être créatifs pour trouver des solutions et au delà de notre responsabilité sociale, il en incombe a nos élus régionnaux de donner le ton.

28 juillet 2020

Nicole Lelièvre

Bravo pour cette mise au point. Il est important de pouvoir faire la différence.

29 juillet 2020

Pierre April

Entièrement d'accord..... Je tire les mêmes conclusions.... Je sui un Gaspésien de Newport..... Montréalais d'origine..... J'ai adopté cette région pour y vivre ma retraite il y a 20 ans de cela....

30 juillet 2020

Mike Rooney

Prendre au hasard quelques ADN sur quelques déchets , trouver les coupables et envoyer une contravantion exemplaire.

30 juillet 2020

Jean Allard

Je suis tellement d'accord avec vous, c'est très insultant pour les gens de la place de se faire passer pour des ignorants, des ingrats et j'en passe.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média