Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 juin 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Projet de loi 61: pas lieu de paniquer selon l'ex-député Gaétan Lelièvre

POUVOIRS EXCEPTIONNELS

Gaétan Lelièvre

©Photo Dominique Fortier - Chaleurs Nouvelles

L'ex-député de Gaspé, Gaétan Lelièvre affirme que le gouvernement devra diluer son projet de loi s'il souhaite son adoption rapide.

Alors que le projet de loi 61 suscite de nombreuses levées de boucliers quant aux pouvoirs exceptionnels que s'octroie le gouvernement, l'ex-député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre estime qu'il n'y a pas lieu de paniquer.

Tout d'abord, qu'est-ce que le projet de loi 61? Il s'agit d'une initiative gouvernementale pour accélérer la réalisation de plus de 200 projets d'infrastructures partout dans la province dans le but avoué de relancer l'économie. Pour y parvenir, le gouvernement propose de nombreux allégements règlementaires tout en octroyant des pouvoirs plus grands à certains ministres. Or, des points du projet de loi prévoient de passer outre certains mécanismes de consultation ou d'études environnementales.

L'ex-député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, estime qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter puisque le projet de loi ne sera assurément pas adopté tel quel. « Ça fait partie d'une joute parlementaire, d'une stratégie pour pouvoir négocier. Ça ne me surprend pas de voir le gouvernement mettre autant de points dans son projet de loi afin de donner un levier de négociation aux partis d'opposition pour ultimement adopter son projet de loi. » En bref, l'ex-politicien est convaincu que la version finale révisée du projet de loi sera grandement diluée.

Or, l'actualité tend à lui donner raison puisque quelques minutes après la réalisation de cette entrevue, le président du Conseil du Trésor du Québec et ministre de l'Administration gouvernementale, Christian Dubé, annonçait déjà qu'il prévoyait abandonner la clause qui voulait que l'urgence sanitaire soit prolongée sur une période de deux ans. Rappelons que cette clause aurait notamment permis au ministère de la Santé d'octroyer des contrats de gré à gré.

Publicité

Défiler pour continuer

Lourdeur de l'appareil gouvernemental

Gaétan Lelièvre explique que la levée de boucliers à laquelle on assiste présentement reflète parfaitement le débat entre la gauche et la droite. « D'un côté, on a un gouvernement de droite qui s'est toujours présenté comme un parti d'action et d'économie. C'est cohérent avec leur philosophie et il ne faut pas se surprendre des mesures qu'ils proposent puisqu'ils ont toujours prôné un allégement de la règlementation. D'un autre côté, il y a toute une partie de la société qui est en accord avec les mécanismes environnementaux qui sont en vigueur et qui estiment que l'État doit avoir des balises strictes pour éviter tout dérapage. »

Dans le cas du projet de loi 61, Gaétan Lelièvre est d'avis que le gouvernement va très loin dans les pouvoirs qu'il se donne. « C'est du jamais vu. Ce sont des pouvoirs extraordinaires dont il est question et les gens font bien de questionner le Premier ministre à cet effet. Je pense que nous souhaitons tous que la machine gouvernementale soit plus efficace mais il ne faut pas tomber dans les excès non plus. »

À cet effet, l'ex-député dit avoir confiance aux ministres en place. Le non-recours au bâillon tel que mentionné par le Premier ministre rassure également Gaétan Lelièvre. « La ministre de la Justice, Sonia LeBel, a été une procureure pour la Commission Charbonneau alors je ne crois pas qu'on voudra répéter un fiasco de corruption comme à l'époque. Le ministre Christian Dubé est aussi quelqu'un qui a une bonne tête sur les épaules tout comme François Legault. »

Projets peu dangereux pour la région

Lorsqu'on regarde la liste des chantiers prévus dans le projet de loi 61 pour l'Est-du-Québec, très peu d'entre eux représentent une menace environnementale selon Gaétan Lelièvre. Il est notamment question de la construction d'un centre de services régionaux du ministère des Transports à Gaspé, de l'agrandissement du CHSLD du Rocher-Percé, de la construction de maisons des aînés à Rivière-au-Renard et à Rimouski ainsi que la réhabilitation du chemin de fer.

En conclusion, Gaétan Lelièvre estime qu'il est possible, et même souhaitable, de relancer l'économie par le biais de projets d'infrastructures tel que proposé par le gouvernement du Québec tout en restreignant l'étendue de ses pouvoirs. « Avec les représentations que feront les partis d'opposition, c'est certain que le projet de loi 61 sera modifié et sera beaucoup plus modéré que dans sa forme originale. »

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média