Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

03 juin 2020

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

COVID-19 : Éviter de relâcher avec l’arrivée de l’été

COVID-19

COVID-19 :  la situation demeure sous contrôle au Bas-Saint-Laurent, mais la vigilance est de rigueur.

©Photo : Pixabay

Avec l’été qui est à nos portes, ce n’est pas le temps de baisser la garde dans la lutte à la COVID-19, rappelle la direction régionale de Santé publique.

Même si la vie reprend tranquillement son cours, que le déconfinement se fait graduellement, que les rassemblements d’au maximum 10 personnes sont permis en extérieur, que les barrages routiers sont levés et que plusieurs secteurs d’activités redémarrent, le risque demeure. Les rassemblements se font évidemment plus nombreux, notamment sur les plages ainsi qu’aux abords des parcs, des cantines et des quais. La Sécurité publique a d’ailleurs déployé en collaboration avec la SQ une équipe qui assurera une vigie aléatoire sur les différents quais de la péninsule, et ce jusqu’au mois d’octobre. « Même si le temps est beau et que les touristes arrivent, les gens doivent garder les mesures de prévention qu’ils ont apprises. On serait tenté d’être moins souciant, mais il faut se rappeler que le virus lui ne prend pas de vacances. Il faut s’attendre à ce que si on ne respecte pas les consignes, on risque encore une flambée d’épidémie », indique le Dr Yv Bonnier-Viger.

Ce dernier rappelle aussi certains facteurs de risque qui jouent en défaveur de la Gaspésie, comme le fait que la région est vieillissante et que beaucoup de gens fument, ce qui est un facteur qui augmente la contagiosité du virus. Selon les dernières données de l’Institut de la statistique du Québec de 2019, la proportion de personnes de 65 ans et plus était de 24,5 % dans La Côte-de-Gaspé et de 30,1 % dans Rocher-Percé.

Pour l’instant, l’augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 demeure relativement stable alors qu’il faut remonter au 30 avril pour trouver une journée avec plus de deux nouveaux cas. « Nous sommes dans une bonne position et on voudrait la garder, alors que bien des gens vont venir nous visiter. Je m’attendais même à un plateau un peu plus élevé. J’ai l’impression qu’on va se retrouver avec plusieurs petites vagues, en espérant qu’il n’y en aura jamais de grosses. Idéalement ça serait bien qu’il y en ait pas du tout », ajoute le directeur régional en Santé publique. Un seuil à ne pas dépasser de 20 nouveaux cas par jour a d’ailleurs été tracé, sans quoi le drapeau rouge sera levé avec à la clef la reprise de certaines mesures collectives pour endiguer la propagation du virus. Dans tous les cas, on préfère ne pas en arriver à ce point et rappeler à tout un chacun de respecter la distanciation physique de 2 mètres et le lavage des mains aussi souvent que faire se doit.

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média