Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

11 mars 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Pas de demande de compensation ni de chasse aux sorcières pour la SCFG

Après un blocus de 25 jours de la voie ferrée

SCFG

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

ÉCONOMIE. La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) ne compte pas demander au fédéral de compenser la perte d’environ 500 000 $ en revenus engendrée par le blocus ferroviaire de Listuguj qui a paralysé ses activités pendant 25 jours tel que suggéré par la députée fédérale Kristina Michaud.

La députée d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia s’est adressée en chambre, lundi dernier, au ministre fédéral des Transports afin de lui demander ce qu’il comptait faire pour compenser les entreprises qui ont été financièrement affectées par les barrages qui ont eu cours partout au pays. Marc Garneau n’a pas répondu à sa question, se butant à dire que ce qui importait était de suivre un processus de réconciliation avec les Premières Nations.

« C'est ce que nous avons fait. Il est regrettable qu'il y ait eu un blocus ferroviaire, mais nous avons travaillé très fort, jour et nuit, pour le régler. Je suis content de voir que le transport a maintenant repris sur les chemins de fer partout au pays », a-t-il simplement défendu.

Kristina Michaud

©Photo Capture d'écran - Chambre des communes

La députée fédérale d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Kristina Michaud.

Le président de la SCFG, Éric Dubé, ne s’attendait pas à ce qu’une aide soit attribuée à l’instance, qui bénéficie d’une subvention annuelle de 2.5 millions $ du provincial en vertu d’une convention de service signée entre les deux parties. Ce dernier compte revoir les dépenses et les investissements faits sur le réseau par la SCFG grâce à ces sommes afin de parvenir à boucler comme à l’habitude son budget d’opérations sur le rail appartenant à Québec.

« Il y a des travaux qu’on prévoyait faire avec notre subvention que l’on ne fera pas cet été, et c’est tout. […] Ça ne met pas en péril les opérations de la Société. Il nous reste encore deux ans à la convention », fait-il valoir.

« Si le gouvernement du Québec veut se faire compenser, il pourra le faire, mais moi, je n’irai pas demander d’argent au fédéral, poursuit-il. C’est sûr que la Société du chemin de fer ne fera pas cette démarche-là ». Éric Dubé espère néanmoins qu’Ottawa cherchera à mettre de l’avant des solutions afin qu’une telle crise ne se répète plus.

Le montant précis des pertes financières subies par l’organisme sera comptabilisé vers la mi-avril ; M. Dubé se dit d’ailleurs disposé à les rendre publiques à ce moment. Précisons que les 15 employés qui avaient été temporairement été mis à pied le 21 février dernier en raison d’un manque de travail ont tous réintégré leurs fonctions au courant des derniers jours.

Pas de poursuite ni de coupable

Si la députée Michaud a publiquement déploré le fait c’est « le manque de leadership du fédéral qui a fait perdurer la crise ferroviaire », M. Dubé ne compte pas mener de chasse aux sorcières. « Après 25 jours (de blocus), trouver un coupable ne changera rien à ma vie. Je ne veux pas servir à alimenter une polémique à savoir si c’est la faute du fédéral ou celle des autochtones », explique-t-il.

D’ailleurs, la SCFG s’est engagée par écrit à ne pas poursuivre les manifestants qui ont bloqué le chemin de fer au passage à niveau du chemin Gospem. C’est d’ailleurs cet engagement formel qui a permis, le 5 mars dernier en fin de journée, de mettre un point final au barrage gaspésien. « Comme condition, il fallait que le blocus soit levé avant 16h. Il était 15h30 et ça leur donnait une demi-heure. Ça nous a permis de faire partir dans la même soirée un convoi de pales d’éoliennes vers le Texas », ajoute le président.

Si la SCFG ne pourra vraisemblablement pas rattraper, cette année, la perte d’un convoi de pales qui lui aurait rapporté environ 100 000 $ de revenus, les employés sont déjà à pied d’œuvre afin que les retards de livraisons accumulés pendant presque un mois s’amenuisent.

Le transport de ciment et de copeaux de bois a repris son cours normal et un second convoi de 48 pales d’éoliennes produites chez LM Wind Power de Gaspé devrait quitter la péninsule vers les États-Unis en début de semaine prochaine.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média