Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

31 janvier 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Une deuxième sage-femme dans la Baie-des-Chaleurs

naissance

©Photo Gracieuseté

Avec l’arrivée en poste d’une deuxième sage-femme dans la Baie-des-Chaleurs, le nombre de suivis annuels pourra grimper jusqu’à 42.

SANTÉ. Le déploiement du service de sage-femme désormais offert par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie dans la Baie-des-Chaleurs se poursuit : l’arrivée en poste d’une deuxième professionnelle de l’accouchement, le 6 janvier dernier, ouvre désormais la porte à des accouchements à domicile ainsi qu’à un nombre accru de prises en charge.

La responsable de l’implantation du service Véronique Gauthier, qui a débuté les suivis en août dernier en marge de ses tâches administratives, était jusqu’ici la seule à pouvoir accompagner les familles désirant être prises en charge par une sage-femme. Voilà que l’entrée en fonction, le mois dernier, de sa nouvelle collègue Jessie Lapointe contribuera à bonifier l’offre sur le territoire. « Toute seule, on évaluait que je pouvais suivre une dizaine de femmes par année. Habituellement, au Québec, une sage-femme peut avoir à sa charge 32 suivis. À deux, on peut donc monter jusqu’à 42 dès maintenant », calcule Mme Gauthier.

Comme deux sages-femmes doivent être présentes lors d’un accouchement à domicile, il sera désormais possible pour les futures mamans, lorsque les deux professionnelles seront simultanément de garde, de donner naissance chez elles si elles résident à l’intérieur d’un certain périmètre. « En général, si ce n’est qu’une question de distance, on parle d’environ 30 minutes de l’hôpital de Maria », explique Mme Gauthier.

De nombreux autres facteurs doivent néanmoins être examinés avant qu’un accouchement à domicile ne soit prévu, notamment la sécurité des lieux ainsi que leur accessibilité par les services d’urgence.

Pour le collectif Accès sages-femmes Baie-des-Chaleurs (ASFBDC), qui milite depuis une dizaine d’années afin que le service prenne son envol, ces avancées sont significatives. « Il y a quelques familles qui souhaitent accoucher à domicile », confirme d’ailleurs Marie-Josée Racine, la porte-parole de ce mouvement. « D’expérience, quand on travaille dans une maison de naissance, la proportion de femmes qui veulent accoucher à domicile est d’environ 15 %. À certains endroits, par exemple où il n’y a pas de maison de naissance, ça peut atteindre entre 40 % et 60 % », estime quant à elle Véronique Gauthier.

Rappelons que l’équipe n’est pas encore complète avec l’arrivée de Mme Lapointe, l’embauche d’une troisième sage-femme étant prévue pour un déploiement complet du service. Selon le CISSS de la Gaspésie, une candidate s’est déjà montrée intéressée à compléter le trio. « On est très optimistes par rapport au fait que l’équipe sera pleinement fonctionnelle et complète prochainement », se réjouit Mme Racine.

Un lieu « intermédiaire »?

Si aucun projet officiel n’est encore sur la table en ce sens et que le CISSS dit en priorité vouloir consolider le service de sages-femmes, le collectif ASFBDC aimerait que les femmes enceintes aient accès, à moyen terme, à un lieu « intermédiaire » à proximité de l’hôpital de Maria ; le regroupement en est d’ailleurs à évaluer les options en ce sens.

Cet endroit serait accessible aux femmes qui résident trop loin ainsi qu’à celles qui ne souhaitent ni accoucher à la maison, ni en milieu hospitalier. « Ça pourrait être, par exemple, une personne qui louerait un espace chez elle ou alors des locaux que le CISSS louerait et rendrait disponibles aux femmes et sages-femmes […] », résume la porte-parole du mouvement. Précisons que le nombre de nouveau-nés dans le secteur ne justifie pas l’implantation d’une maison de naissance et que la plus proche a pignon sur rue à Mont-Joli.

Les personnes intéressées à bénéficier d’un suivi sage-femme ou à obtenir plus de détails relativement à la pratique et à l’accompagnement offert sont invitées à une soirée d’information sur le sujet. Organisée par le CISSS de la Gaspésie, celle-ci se tiendra le mercredi 5 février à 18h30 au CLSC de Caplan. Les participants doivent s’inscrire préalablement auprès de Louise Miousse au 1-877-388-SAGE (7243).

Commentaires

3 février 2020

francois Castro

"Habituellement, au Québec, une sage-femme peut avoir à sa charge 32 suivis. À deux, on peut donc monter jusqu’à 42 dès maintenant », calcule Mme Gauthier" C'est p-e moi qui ne comprends pas, mais si une personne peux faire 32 cas et que 2 peuvent faire 42... la 2e personne (qui a une productivité du travaille 3 fois plus basse) engagée ne le devrais pas?

3 février 2020

Roxanne Langlois

Merci de votre commentaire. Véronique Gauthier est la première sage-femme embauchée par le CISSS de la Gaspésie et a été chargée de la mise en place du service ; tout était à faire pour son implantation. Elle possède ainsi des charges administratives qui ne la rendent pas disponible à 100 % pour des suivis, ce qui fait qu'elle peut annuellement en faire une dizaine. Nous allons apporter ce détail à l'article pour éviter toute incompréhension. Bonne journée.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média