Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 janvier 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Des avancées à prévoir pour le rail

train

©Photo Gracieuseté - Ministère des Transports

TRANSPORT. Les pièces du puzzle s’emboîtent en vue de la réfection complète du rail gaspésien de Matapédia à Gaspé. De dernières avancées récemment annoncées par Québec, notamment le lancement imminent de l’appel d’offres pour les travaux relatifs au tronçon Port-Daniel-Gaspé, s’avèrent encourageantes selon la Société de chemin de fer de la Gaspésie (SCFG).

 

« On ne sait plus quoi dire si quelqu’un ne croit pas encore que le rail va être réhabilité. Je suis à court d’arguments si c’est le cas », lance d’emblée le président de la SCFG, Éric Dubé. Tout juste avant les Fêtes, le dossier du troisième tronçon a été classé comme une opportunité d’affaires par le gouvernement provincial. « Ça veut dire qu’on va être capables de commencer à faire des travaux et à investir des sommes d’argent », lance M. Dubé.

Les travaux débutés en 2019 sur le tronçon Caplan-Port-Daniel se poursuivront aussi au courant des prochains mois. Des appels d’offres sortiront sous peu afin que soient mises à niveau treize structures. Pour ce qui est de la portion Matapédia-Caplan, l’enjeu majeur constituait la reconstruction de deux ponts enjambant la rivière Cascapédia, débutée l’an dernier.

Le chantier devrait d’ailleurs reprendre d’ici quelques jours après une pause d’un mois et devrait se poursuivre pour tout l’hiver. « Ça roule rondement », commente M. Dubé. De l’entretien devra également être effectué afin de compléter la réfection de cette portion ; le ministère des transports prévoit que le tout soit complété d’ici la fin 2021.

Publicité

Défiler pour continuer

L’objectif de ramener le train jusqu’à Gaspé en 2025 est toujours dans les plans du gouvernement Legault, qui avait préalablement annoncé en mai 2019 un échéancier de sept ans. « L’année de réduction de délai sur laquelle on a réussi à s’entendre par la suite avec le gouvernement tient toujours. Ça n’empêche pas, quand même, qu’on va continuer à travailler avec le ministère pour essayer de voir si les délais peuvent encore être réduits », explique le président de la SCFG.

Ce dernier explique qu’il sera plus facile de soupeser cette possibilité une fois que l’ampleur des travaux qui devront être réalisés sur le troisième tronçon sera connue. « Il y a 21 structures sur lesquelles travailler, c’est un peu plus que ce que je pensais il y a six mois », admet-il.

Les sommes qui devront être investies sur cette portion manquent toutefois à l’appel pour le moment, mais seront fort importantes pour la suite des choses. « Ça va nous dire combien il nous manque d’argent », résume M. Dubé. Rappelons que le gouvernement libéral de Philippe Couillard avait annoncé une somme de 100 millions $ en 2017, montant qui a été sécurisé par l’administration de François Legault après son arrivée au pouvoir. Le fédéral a quant à lui ajouté près de 46 millions $ au montage financier.

« Avec ce qui s’est donné comme contrats pour le premier et l’estimé des évaluations pour réparer le deuxième, on est déjà à pas loin de 90 millions $. On sait qu’avec les 56 millions $ qui restent, on ne fait pas le tronçon trois », rappelle M. Dubé. Le premier ministre Legault s’était toutefois montré encourageant lors de son passage à New Richmond l’an dernier relativement à la possibilité, pour Québec, d’injecter au besoin de nouvelles sommes.

VIA Rail attend pour sa part que le tronçon soit réparé jusqu’à New Carlisle pour annoncer le retour du transport de passagers sur cette première portion. « Ils vont revenir quand ce sera fait et qu’on pourra fournir une date pour le retour du rail jusqu’à Gaspé. Il faudra qu’on soit capables d’assurer le transport par autobus de New Carlisle à Gaspé », explique Éric Dubé. Celui-ci précise qu’avant, des ponts devront notamment être remplacés à Caplan et Saint-Siméon, des travaux majeurs. Selon lui, il serait réaliste de parler d’un horizon de 24 à 36 mois.

Rappelons que le ministre des Transports François Bonnardel a confirmé à deux occasions, lors du Sommet sur le transport ferroviaire tenu à Drummondville en décembre dernier son intention de ramener le train jusqu’à Gaspé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média