Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 décembre 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Carleton-sur-Mer dévoile son projet de réfection de l'aréna

présentation projet aréna Carleton

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Une vingtaine de personnes se sont déplacées au centre Charles-Dugas pour prendre acte des détails du projet.

MUNICIPAL. Carleton-sur-Mer a présenté à ses citoyens, mardi soir, la cure de jouvence « raisonnable » de 1,5 million $ qu’elle souhaite apporter à son aréna ; la vingtaine de personnes présentes a bien accueilli le projet, jugé nécessaire pour la pérennité du complexe sportif Léopold-Leclerc. Celui-ci pourrait se réaliser dès 2021 si la Municipalité obtient le financement espéré des deux gouvernements.

L’aréna de la rue Comeau est « en bonne santé », lance d’emblée le directeur des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, Pascal Alain ; de nombreuses réfections ont d’ailleurs eu lieu au cours des dernières années afin que le bâtiment construit en 1974 traverse les décennies.

Un nouveau coup de barre doit néanmoins être donné : les conduites de plomberie doivent être revues, la bâtisse doit être adaptée pour devenir universellement accessible et la tour de refroidissement doit être remplacée. En plus de l’entrée d’eau et de l’électricité, l’isolation est également au cœur du chantier prévu au centre civique Léopold-Leclerc. « On s’attaque à ce qui n’a pas été fait en 2007, tout simplement parce qu’on n’était pas rendu-là », renchérit M. Alain.

Pour le maire de Carleton-sur-Mer, cette réfection permettra à l’infrastructure « d’être propulsée pour les 25 prochaines années ». « Il faut éviter qu’elle arrive à la fin de sa vie utile et qu’on doive la reconstruire complètement. On pense que le moment est tout indiqué pour faire ces investissements qui sont, somme toute, assez minimes pour pouvoir maintenir cette infrastructure-là dans la communauté », fait valoir Mathieu Lapointe. Ce dernier ajoute que les arénas, essentiels, constituent quelque sorte « nos églises du 21 siècle ».

Notamment fréquenté par plus de 150 jeunes lors de l’école de hockey dès la fin de l’été ainsi que par ceux du hockey mineur, le centre civique est l’un des plus fréquenté de la Baie-des-Chaleurs, renchérit le premier magistrat. Or, si le bâtiment attire des hockeyeurs de Maria aux Plateaux-de-la-Matapédia, celui-ci n’a pas été conçu pour fonctionner neuf mois sur douze comme il le fera cette année.

« On arrive très bien à répondre à la demande, mais ça amène une pression indue sur notre équipement et là, on a des composantes qui arrivent en fin de vie utile et on doit les remplacer », explique M. Lapointe, qui croit que les travaux permettront un achalandage accru. Selon lui, le bâtiment attire des sportifs et leurs familles pour de courts séjours sur le territoire, en plus de constituer un outil en ce qui a trait à l’attraction permanente de nouvelles familles.

Douglas Fyfe, qui arbitre à l’aréna depuis 33 ans, estime que celui-ci avait grand besoin d’être revampé ; il trouve estime le projet présenté par l’administration municipale on ne peut plus raisonnable. « Comparativement à ce que l’on peut voir ailleurs, on a ici une très belle infrastructure. Il s’agit de la remettre à niveau et on pourra la garder encore pour 20 ou 25 ans », plaide-t-il.

L’Association de hockey mineur de Carleton-sur-Mer estime de son côté l’initiative emballante et l’applaudit. « Les douches sont complètement désuètes. Les joueurs n’osent même pas prendre leur douche à l’aréna. […] Ce qui serait aussi à améliorer, ce serait le confort à l’intérieur de l’aréna. Il fait froid pour les spectateurs », fait valoir Josianne Landry-Allard, secrétaire du regroupement.

Un financement espéré

Comme New Richmond, Nouvelle et Maria, Carleton-sur-Mer entend déposer son initiative dans le cadre de l’appel de projets d’un tout nouveau programme du ministère de l’Éducation d’ici le 21 février prochain. Affublée d’une enveloppe totale pour le Québec de 295 millions $ sur trois ans, cette aide financière peut verser jusqu’à 66 % des fonds nécessaires à la concrétisation d’un projet visant le maintien d’une infrastructure sportive, soit le tiers du provincial et le tiers du fédéral.

Si le premier magistrat admet que la Municipalité ne sera pas en mesure d’aller de l’avant avec ces travaux si elle doit entièrement en acquitter la facture, ce dernier demeure optimiste. « On est très confiants d’aller chercher la part de 66 % et on va travailler dans ce sens-là. Je suis convaincu qu’on va l’avoir », lance-t-il. Il serait fort difficile, selon lui, de scinder le projet et de l’exécuter en partie seulement.

Ainsi, dans le cas d’un refus, la Municipalité devra fort probablement attendre un nouvel appel de projets. Rappelons que Carleton-sur-Mer avait postulé en 2018 dans un programme offrant un financement à la hauteur de 50 % ; l’administration municipale avait alors essuyé un refus.

La Municipalité compte franchir l’étape des plans et devis au courant des prochains mois. Si son initiative reçoit le coup de pouce tant espéré, la réfection pourrait se concrétiser dès 2021. Différentes organisations sportives et scolaires seront d’ici là appelées à soutenir le projet par le biais de lettres d’appui.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média