Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 octobre 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Homme tabassé à Rimouski: une femme de Listuguj arrêtée

Police

©Photo archives - Chaleurs Nouvelles

FAITS DIVERS. Une jeune femme de 27 ans de la communauté autochtone de Listuguj, Kayla Gedeon, a été arrêtée le 16 octobre dernier en lien avec une violence agression survenue au centre-ville de Rimouski l’été dernier.

Le 21 juillet dernier, un individu avait été tabassé par plusieurs personnes alors qu’il circulait en pleine nuit, à pied, sur la rue Saint-Germain à la hauteur du stationnement de la place des Vétérans.

La victime, un homme de 25 ans originaire de la Péninsule acadienne, avait été gravement blessée et avait dû être transférée par avion-ambulance dans un centre hospitalier de Québec en raison de son état, jugé critique.  « La victime est toujours hospitalisée encore aujourd’hui et elle fait face à une longue convalescence », commente le porte-parole de la SQ, Claude Doiron.

Mme Gedeon a comparu le jour même de son arrestation au palais de justice de New Carlisle. Elle est demeurée détenue en attendant de nouveau comparaître, cette fois-ci devant le tribunal de Rimouski pour son enquête sur remise en liberté. Cette étape devrait être franchie cette semaine.

Deux autres arrestations

Précisons que deux autres personnes ont également été interceptées en lien avec ces événements. Il s’agit d’Éric Pitre, 20 ans, de Val d’Amour, au Nouveau-Brunswick et d’un second Néo-Brunswickois, Maxime Lévesque, 21 ans, de McLeod. Ils ont respectivement été arrêtés en août et vendredi dernier. Tous deux ont comparu et ont été remis en liberté sous conditions en attendant la suite des procédures judiciaires.

« Au départ, on avait l’information qu’il y avait quatre ou cinq personnes sur place lors des faits. Au terme de l’enquête, il s’avère que finalement, il n’y a que trois personnes qui ont posé des gestes illégaux lors des événements », résume M. Doiron. Une quinzaine de témoins ont été rencontrés dans le cadre de cette longue investigation.

Les trois personnes pourraient faire face à divers chefs d’accusation relativement à des voies de fait causant des lésions.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média