Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 octobre 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Une pétition à la défense du couple devant rembourser 38 000 $ au fédéral

Jean-Claude Martin

©Chaleurs Nouvelles - Archives

Jean-Claude Martin (au centre) a pris part à une conférence de presse le 30 septembre dernier aux côtés de la candidate du Bloc québécois dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Kristina Michaud et de son avocat, Me Alexis Deschênes.

FÉDÉRAL. Un Matanais a récemment lancé une pétition en ligne demandant au gouvernement fédéral de changer son fusil d’épaule et d’annuler la dette de plus de 38 000 $ d’un couple de septuagénaires de Maria qui décrie avoir été victime d’une erreur administrative.

L’histoire de Jean-Claude Martin, 73 ans, et de sa conjointe Gaétane Cyr, 75 ans, continue de faire les manchettes. La mésaventure du couple, médiatisée durant la campagne électorale lorsque la candidate du Bloc québécois dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Kristina Michaud, a fait une sortie médiatique la décriant, revient une fois de plus à l’ordre du jour.

Cette fois, c’est un citoyen qui souhaite attirer l’attention d’Ottawa sur le dossier des deux Mariens qui doivent respectivement 16 325 $ et 22 077 $ en raison de prestations de Supplément de revenu garanti reçues en trop entre 2012 et 2018.

Selon Service Canada, un formulaire n’a pas été rempli par M. Martin ; ce dernier, qui jure ne jamais l’avoir reçu, dit pourtant avoir téléphoné à deux reprises pour faire part du fait qu’il était désormais le conjoint de Mme Cyr. Le couple a accumulé un trop-perçu puisque les allocations dévolues à des conjoints de fait se veulent plus minces que celles accordées à des célibataires.

Une situation « vraiment injuste »

L’instigateur de la pétition, Steve Chrétien, a pris acte de l’histoire du couple à la suite de l’intervention de Mme Michaud et estime la situation « vraiment injuste ». Le document qu’il a rédigé demande au ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, d’effacer l’ardoise des septuagénaires; ce dernier aurait en effet le loisir d’utiliser son pouvoir discrétionnaire pour procéder, mais ne l’a pas fait jusqu’ici.

« Ce serait quoi, d’effacer la dette de ces gens-là? Ils ne sont pas jeunes! Ils vont faire quoi, vivre avec une dette pour le restant de leurs jours? », déplore M. Chrétien. « Ce n’est pas la faute du couple, le gouvernement n’a pas été à son affaire », ajoute-t-il, convaincu de l’honnêteté et de la bonne foi des deux aînés.

Appui très timide

La pétition avait récolté dix signatures au moment d’écrire ces lignes. Admettant que les gens «ne réagissent pas beaucoup », Steve Chrétien veut que les citoyens « se réveillent et se décident à les aider ». « Il est temps que les gens se montrent un peu plus altruistes et qu’ils se tiennent », plaide celui qui était aussi à l’origine d’une pétition lancée en août dernier réclamant un meilleur accès, en région, à la télévision de Radio-Canada.

Précisons que la décision de Service Canada a récemment été confirmée par un jugement de la cour fédérale. Le couple et son avocat de l’aide juridique, Me Alexis Deschênes, ne comptent pas porter la décision en appel puisque celle-ci ne contient aucune erreur manifeste.
La pétition, intitulée « Nous voulons l'annulation d'une dette injuste d'un couple de septuagénaires », peut être signée ici

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média