Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 octobre 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Québec verse 250 000 $ pour le fonctionnement du Bioparc

Bonaventure

©Photo Chaleurs Nouvelles – Roxanne Langlois

Avec ce nouveau financement en poche, le Bioparc de la Gaspésie pourra davantage se consacrer au développement de projets de recherche.

INSTITUTION MUSÉALE. Reconnu officiellement par le provincial en tant qu’institution muséale scientifique depuis le printemps dernier, le Bioparc de la Gaspésie est désormais également soutenu par Québec : l’attrait touristique situé à Bonaventure aura droit à une enveloppe de 250 000 $ pour sa mission.

Si le Bioparc a reçu au fil des ans différentes subventions rendant possible la concrétisation de projets spéciaux ou d’infrastructures sur son site, il s’agit de la toute première fois qu’il touche une aide financière qui puisse être utilisée pour son fonctionnement.

Cette somme, applicable pour 2019-2020, découle de négociations entre les musées scientifiques et Québec ; elle a été remise par l’entremise du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) et a été annoncée jeudi par la ministre responsable des régions de la Gaspésie–Îles‑de‑la‑Madeleine, Marie‑Eve Proulx.

Il va sans dire qu’il s’agit d’une excellente nouvelle pour la directrice générale du parc animalier. « Ça change beaucoup de choses pour nous. Depuis environ trois ou quatre ans, le Bioparc de la Gaspésie s’autofinance à la hauteur de 95 %, ce qui est quand même une bonne performance, sauf qu’il nous manquait toujours plus de 5 % pour pouvoir travailler aisément », explique la directrice générale, Marie-Josée Bernard.

Cette nouvelle somme donnera ainsi des coudées franches à l’organisme en cas d’imprévu et pourrait même lui permettre de plancher sur des projets de recherche en collaboration avec des institutions d’enseignement, par exemple au niveau de la conservation des espèces.

La situation financière de l’organisation rendait jusqu’ici difficile la mise sur pied de telles initiatives. « On était toujours en train de chercher du financement pour fonctionner, alors on devait prioriser ça avant de pouvoir penser à développer autre chose », explique Mme Bernard. Celle-ci espère maintenant que cette somme deviendra récurrente. « On sent vraiment qu’il y a une ouverture à ce que ça devienne un programme régulier. C’est de bon augure », estime la gestionnaire.

Afin d'avoir cette aide gouvernementale, le Bioparc a d'abord dû passer à travers le processus d'agrément qui a été complété avec succès en mai dernier. Il s'agit d'une reconnaissance qui se base sur des normes internationales strictes comme le développement durable, l'aspect éducatif, la recherche et la gestion des ressources humaines et matérielles.

Un total de 3,6 millions $ sera partagé, au Québec, entre seize organisations à vocation scientifique et technologique. Le musée Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts en fait partie et touchera quant à lui une somme de 200 000 $.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média