Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 septembre 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Réflexion régionale autour du tourisme

TOURISME GASPÉSIE

©Photo Tourisme Gaspésie

La région a reçu près de 784 000 visiteurs l’an dernier selon le dernier rapport annuel de Tourisme Gaspésie.

Pour une rare occasion, des acteurs du tourisme en Gaspésie d’à peu près tous les secteurs étaient assis autour d’une même table pour réfléchir aux enjeux actuels et à venir.

Que ce soit en hôtellerie, en restauration, pour les chambres de commerce, les parcs nationaux, la motoneige, les croisières internationales ou les communautés autochtones et anglophones, les discussions ont été nombreuses à cette table de réflexion régionale mise sur pied par le députée et ministre Diane Lebouthillier. Le but? Définir les principaux défis qui attendant l’industrie. Même si l’objectif n’était pas d’élaborer par la suite un plan d’action, quelques pistes de solution ont tout de même été avancées.

Retour au travail des retraités

 

Sans trop de surprise, les enjeux de pénurie de main-d’œuvre, de transport et de développement touristique hivernal ont rapidement été ciblés. L’industrie touristique gaspésienne génère plus de 7 000 emplois, dont la moitié sont permanents. En début de saison, environ 300 postes n’étaient toujours pas comblés. Pour expliquer cette tendance – en plus des facteurs de vieillissement de la population et de baisse démographique – on remarque « le manque évident de valorisation des débouchés professionnels en tourisme », qui selon le rapport déposé n’encourage pas les gens à exercer un métier dans l’industrie touristique, ni à se lancer en affaires dans le domaine. En réponse, on suggère de valoriser le sentiment d’appartenance et de reconnaître à sa juste valeur les emplois saisonniers et les métiers permanents. Tous s’entendent également à ce que des incitatifs soient mis sur pied pour que les travailleurs plus âgés puissent revenir sur le marché du travail sans être pénalisés, en leur permettant par exemple de travailler tout en conservant leur Supplément de revenu garanti et en haussant le montant maximal du crédit d’impôt pour les employés d’expérience.

L’insoluble question du transport

 

Mais avant tout, il faudrait régler une bonne fois pour toute l’accès à la région. « Cet enjeu important constitue le point de départ de l’ensemble des efforts à déployer pour consolider et développer l’industrie touristique », peut-on lire dans le document qui a notamment été présenté à la ministre fédérale du Tourisme, Mélanie Joly. Un défi plus facile à identifier qu’à régler, chacun connaissant les difficultés du chemin de fer au sud de la Gaspésie, le prix exorbitant des billets d’avion et l’offre tronquée en autocar depuis quelques années déjà. Sans compter la route 132 qui subit les affres de l’érosion des berges. Les participants réunis indiquent ainsi que l’industrie touristique doit se doter d’une stratégie afin d’influencer les décideurs. « Ils doivent être actifs et prendre les devants en proposant des offres touristiques incluant le transport vers les marchés, tout en accueillant ou en développant une entreprise qui offrirait ces services. »

Le fer de lance qu’est la motoneige

 

Depuis longtemps déjà que l’on parle de développer le tourisme hivernal grâce à une offre bien structurée, mais force est de constater que « dans bien des cas, tout reste à consolider, à promouvoir et à développer. » Le rapport cite en exemple l’industrie de la motoneige en Gaspésie qui a généré 40 millions de retombées économiques en 2018 avec 30 000 visiteurs. Pour ce secteur, l’enjeu du renouvellement des bénévoles commence à se pointer, à l’heure où l’industrie est soutenue par 18 clubs de motoneige qui entretiennent les pistes et les relais. Si les clubs sont soutenus par une Fédération, ce sont les commerçants qui drainent les principales entrées d’argent et plusieurs souhaitent une meilleure façon de partager les risques et les revenus pour l’entretien du réseau.  « La motoneige est le produit hivernal qui permet à de nombreux commerçants touristiques d’offrir des emplois annuels et d’assurer l’entretien du réseau. Cette activité récréotouristique doit être consolidée, puisqu’elle constitue le fondement même du développement hivernal de la région », lit-on dans le document d’une quinzaine de pages. Les participants sont d’ailleurs d’avis que l’offre en hébergement doit être bonifiée afin d’atteindre de 3 à 4 étoiles, puisque selon eux la majorité des infrastructures ne sont pas adaptées à l’offre hivernale. L’idée de développement des pôles distinctifs stratégiques – comme le ski hors-piste à Murdochville par exemple – a aussi été citée et pourrait s’étendre sur toute la Gaspésie, chaque endroit développant son propre créneau.

Gestion de croissance

 

Enfin, la Gaspésie doit saisir l’occasion et se préparer à recevoir plus de visiteurs, même si les saisons estivales sont toutes meilleures les unes que les autres dans les dernières années. La région a reçu près de 784 000 visiteurs l’an dernier selon le dernier rapport annuel de Tourisme Gaspésie. Bien qu’une croissance soit espérée, on veut éviter une surconcentration au même endroit et mieux répartir la clientèle, en misant entre autres sur le tourisme sportif et culturel, les festivals et le tourisme gourmand, tout en demeurant conscient des pénuries de main-d’œuvre. Un programme chargé qui certes sera difficile à mener à terme, mais tous ont l’intention de relever le défi.

Au final, les participants sont d’avis que ce qui importe pour la Gaspésie, c’est de toujours parler d’une seule voix au nom de la péninsule gaspésienne, et qu’il faudrait mettre sur pied un Conseil du tourisme et le doter d’un mandat précis. « Plusieurs participants se sont rendu compte qu’ils doivent se regrouper pour mieux surmonter les obstacles et doivent créer, imaginer et porter leurs propres pistes de solution, entre eux et sans attendre [...] en investissant dans la recherche et le développement de leur industrie », conclut-on, rappelant que la région est encore dans la même dynamique de développement touristique qu’il y a 50 ans.

Les participants en Gaspésie

 

- Chambre de commerce de la Baie-des-Chaleurs

- ATR Gaspésie

- Groupe Riôtel

- Fédération des clubs de motoneigistes

- Accès Chic-Chocs

- Hôtel et Cie

- École de restauration et du tourisme de la Gaspésie

- Escale Gaspésie

- Musée de la Gaspésie

- FMBM

- Vaste et Vagues

- Gaspésie Gourmande

- Parc national Forillon

- Parc national de l’île-Bonaventure-et-du-rocher-Percé

- Parc national de Miguasha

- Tourisme Gesgapegiag

- Commitee for Anglophone Social Action

- CEDEC

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média