Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 août 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Chemin de fer: des comportements téméraires et dangereux constatés

©Photo Gracieuseté - Société de chemin de fer de la Gaspésie

Le 11 juillet dernier, une jeune femme s’est agrippée au train en marche. Cet accident a été photographié et répertorié par la Société de chemin de fer de la Gaspésie dans le secteur de Matapédia.

CHEMIN DE FER. Témoin de comportements dangereux de jeunes et moins jeunes sur l’emprise de la voie ferrée, particulièrement dans le secteur de New Richmond, la Société de chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) prend les grands moyens pour les dissuader : elle a fait appel aux forces policières..

Si le problème est constaté depuis deux ans, l’organisme en charge de l’exploitation du rail a assisté à une augmentation du nombre d’intrusions de la part de résidents, en même temps que l’augmentation du trafic sur le chemin de fer. La situation constatée sur le pont ferroviaire de la Petite Rivière Cascapédia, derrière l’hôtel Le Francis, inquiète particulièrement la SCFG.

« Ça fait 40 ans que tout le monde va se baigner là. Les gens montent sur la structure du pont et se tirent en bas, dans la rivière. Quand il passait un train par semaine, c’était une chose, mais là […] on passe peut-être dix fois par jour avec le train », explique le président de l’instance, Éric Dubé.

Présents sur les rails, certains citoyens vont même jusqu’à s’agripper aux wagons lors de leur passage. Leur témérité de ceux-ci ne s’arrête malheureusement pas là, note celui qui est également maire de la municipalité : « Il y en a qui s’assoient sur le bord du rail et qui attendent que le train passe. Leur "trip", c’est d’essayer de donner une claque dans la roue du train en marche avec leur main ».

Le train roule actuellement à basse vitesse, ce qui a laissé le temps au chauffeur d’immobiliser le train, jusqu’ici, chaque fois qu’une personne se trouvait sur la voie ferrée. La SCFG précise néanmoins que sa cadence sera appelée à augmenter une fois que les travaux en cours sur le réseau seront achevés.

Par exemple, le train passera de 5 km/h à 45 km/h lorsque les deux nouveaux ponts enjambant la rivière Cascapédia seront complétés.

Des amendes aux récalcitrants

Rappelant « que personne ne peut gagner contre une locomotive » et que « le rail n’est pas un terrain de jeu », Éric Dubé craint actuellement qu’un drame ne survienne. « À un moment donné, on va couper le bras de quelqu’un ou on va passer sur le dos d’une personne et ça ne nous tente vraiment pas », clame-t-il.

Afin d’éviter un tel accident, la SCFG a demandé à la Sûreté du Québec (SQ) d’intervenir ; des amendes variant de 200 $ à 500 $ seront ainsi distribuées par les patrouilleurs à toute personne non autorisée qui se trouvera dans le secteur de l'emprise ferroviaire, principalement à proximité du pont de la Petite Rivière Cascapédia.

Si l’organisme a choisi de faire appel aux autorités policières, c’est que ses tentatives de sensibilisation effectuées auprès des fautifs se sont jusqu’ici avérées vaines. « Les gens nous rient dans la face. Et ce ne sont pas que des jeunes de douze ans, il y en a qui sont adultes », déplore M. Dubé.

La SCFG tient à rappeler qu’afin d’assurer la sécurité de tous, autant celle de ses employés que celle du public, la circulation dans l'emprise ferroviaire est interdite au public, sauf aux endroits spécifiquement prévus à cette fin, par exemple aux passages à niveaux

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média