Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 juillet 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Une ancienne conseillère s’indigne

Augmentation du salaire des élus à Paspébiac

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Les membres du conseil municipal de Paspébiac, lors de la séance régulière du 3 juillet dernier, au cours de laquelle de nombreuses questions leur ont été adressées concernant la hausse prévue.

MUNICIPAL. L’augmentation de salaire que comptent s’accorder les élus de Paspébiac fait réagir; Gina Samson, une ancienne conseillère municipale, critique cette décision sur les médias sociaux.

 

Dans un message publié le 8 juillet dernier sur Facebook, l’ex-élue remet en doute les arguments mis de l’avant par le maire Réjean Bastien lors de la séance régulière du conseil municipal du 4 juillet dernier. Questionné à ce sujet, ce dernier a fait valoir que la hausse de la rémunération du premier magistrat s’expliquait en partie par le fait qu’il compte, désormais à la retraite, se consacrer à plein temps à ses fonctions municipales.

« Monsieur le maire a déjà oublié que depuis qu'il est en poste à la mairie, il reçoit un salaire de maire à temps complet puisque le précédent consacrait plus de 60 heures semaine à la Ville et siégeait sur la plupart des comités. Il pourra difficilement faire plus, mais pense peut-être qu'il vaut 44% de plus ! », peut-on lire sur la page de Mme Samson. Au moment d’écrire ces lignes, sa publication avait été partagée par 69 internautes.

« Quant aux six conseillers(ères), ils recevront un salaire de 1250$ par mois pour assister à une seule réunion publique, puisque leur présence aux réunions extraordinaires leur vaudra la modique somme de 100 $ par réunion! », ajoute celle qui a démissionné du siège numéro six en mai 2018, soit en même temps que son confrère Alain Delarosbil (siège numéro 3).

Selon ce que rapporte l’ex-politicienne, 19 séances extraordinaires ont eu lieu en 2018. Cette dernière défend également qu’un citoyen déposant sa candidature dans le cadre des élections municipales doit s’attendre à donner de son temps s’il est élu. Un élu, ajoute-t-elle, doit également garder en tête que son employeur est le citoyen.

À suivre en août

Le nouveau règlement municipal concernant le traitement des élus pourrait être adopté lors de la prochaine séance régulière du conseil, le 13 août prochain ; pour ce faire, au moins la moitié des personnes siégeant autour de la table, incluant le maire, doivent y donner leur aval.

Si le projet de règlement est dument entériné, le salaire de base du maire passera, dès janvier 2020, de 33 500 $ à 48 250 $, soit une augmentation de 44 %. Le salaire annuel des conseillers, auparavant établi à 7700 $, sera quant à lui augmenté à 10 000 $.

Quant aux allocations des dépenses des élus, actuellement fixées à 16 750 $ pour le premier magistrat et à 3850 $ pour les autres élus, elles atteindront respectivement 16 767 $ et 5000 $. Tel que relevé par Mme Samson, chaque conseiller municipal touchera aussi une rémunération supplémentaire de 100 $ lors de sa présence à une séance extraordinaire.

Précisons qu’une portion constituant environ 5 % de l’augmentation sera rétroactive au 1er janvier 2019. Celle-ci constitue une compensation pour la baisse de revenus vécue par les membres du conseil, dont les allocations de dépenses sont depuis le début de l’année 2019 imposées par le fédéral.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média