Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

25 juin 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Une session parlementaire chargée pour Sylvain Roy

Sylvain Roy Député Bonaventure

©Archives

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy.

POLITIQUE. La session parlementaire étant désormais achevée à l’Assemblée nationale, le député de Bonaventure, Sylvain Roy, dresse un bon bilan de son travail au salon bleu et se réjouit d’être parvenu à effectuer plusieurs gains pour sa circonscription au courant des derniers mois.

 

 

S’il fait désormais partie du troisième groupe d’opposition, M. Roy estime que cette réalité avec laquelle il conjugue depuis les élections du 1er octobre dernier ne l’a pas empêché de marquer des points en faveur des Gaspésiens et Gaspésiennes.

« Pour moi, c’est très clair. L’important, ce n’est pas la place que tu as, mais bien ce que tu fais avec […]. Dans mon cas, ça n’a absolument rien changé parce que j’ai continué à travailler de la même manière » , fait-il valoir.

Selon lui, les relations se sont néanmoins nettement améliorées avec les représentants des différents ministères depuis ; il est ainsi plus facile pour lui de concrètement défendre différents enjeux qu’il estime importants.

« Je trouve qu’il y a de l’écoute de la part du gouvernement caquiste. On n’a pas tout ce que l’on veut, mais si l’on compare avec la gouvernance libérale, c’est le jour et la nuit. C’est une révolution dans les rapports avec l’opposition », admet sans détour le péquiste.

Le porte-parole du troisième groupe d’opposition notamment en matière d’enseignement supérieur, d’agriculture et de forêts a multiplié les interventions en coulisse, au courant des derniers mois, afin de faire bouger les choses dans son comté. Ce fut notamment le cas en santé.

« On est quand même allés chercher une chaise d’hémodialyse supplémentaire à l’hôpital de Maria et on s’est battus pour que des infirmières auxiliaires ne soient pas mises à pied à l’urgence. J’ai aussi fait pression directement au cabinet dans le dossier de l’obstétrique », plaide le politicien.

En éducation, celui-ci a interpellé le ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, afin que des programmes collégiaux puissent démarrer avec un nombre d’inscriptions moindre au minimum actuellement fixé à dix. Cette norme menacerait, selon lui, la pérennité de certaines formations dispensées à l’extérieur des grands centres.

Il a également revendiqué qu’un nouveau programme développé localement par un collège obtienne son exclusivité pour un temps déterminé. Il cite ainsi en exemple le diplôme d’études collégiales (DEC) en intervention en milieu carcéral, né au Cégep de la Gaspésie-Les-Îles et désormais offert ailleurs.

Le dossier de la tordeuse des bourgeons de l’épinette a également été un cheval de bataille pour le parlementaire ; M. Roy a réussi à faire passer de dix à quatre hectares la superficie de terre minimale admissible à l’arrosage.

« Pour monsieur et madame Tout-le-Monde, ça ne veut peut-être pas dire grand-chose, mais ça va permettre à plusieurs propriétaires qui ont travaillé fort pour aménager leur forêt de sauver la mise », explique-t-il.

Sylvain Roy a également travaillé afin qu’une rencontre ait lieu entre le premier ministre et différents intervenants de la péninsule afin d’aborder la question du délai de sept ans proposé par le provincial pour la réhabilitation du chemin de fer de Matapédia à Gaspé. Si aucune date n’a encore été proposée par son cabinet en vue de ce rendez-vous fort attendu, le premier ministre a acquiescé à cette demande.

Un dossier clé

Questionné à savoir quelle était sa plus grande réalisation au courant de la dernière session parlementaire, le député répond sans hésitation l’obtention, dans la foulée des révélations du lanceur d’alertes Louis Robert, d’une commission visant à étudier en profondeur les problèmes de l’utilisation des pesticides : « Ça touche énormément de gens, les gens nous interpellent de manière continue ».

L’élu est également fier d’avoir obtenu l’engagement du gouvernement Legault de revoir la liste officielle des maladies professionnelles reconnues par la Commission (CNESST) pour y ajouter les travailleurs en contact avec les pesticides.

À surveiller

De retour dans son comté pour la saison estivale, M. Roy compte garder un œil ouvert quant à l’évolution de plusieurs dossiers en cours. En plus d’enjeux précédemment cités et de celui du coût de l’asphaltage, le député demeurera attentif relativement à la situation des travailleurs d’Unipêche M.D.M.

L’entreprise de Paspébiac a annoncé la fermeture de son usine de Grande-Rivière, les Crustacés de Gaspé, il y a quelques mois, arguant un problème de rentabilité. Des moyens de pression sont actuellement déployés par la partie syndicale qui souhaite voir l’employeur revenir à la table des négociations en vue de la conclusion d’une première convention collective.

L’Assemblée nationale a ajourné ses travaux jusqu’au mardi 17 septembre prochain.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média