Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 mai 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Main-d'œuvre, formation et infirmières praticiennes: le président de l'Ordre à l'écoute de ses membres gaspésiens

SANTÉ

Luc Mathieu

©Photo Dominique Fortier - Chaleurs Nouvelles

Le président de l'Ordre des infirmiers et infirmières du Québec, Luc Mathieu était de passage en Haute-Gaspésie dans le cadre de sa tournée provinciale.

Le nouveau président de l'Ordre des infirmiers et infirmières du Québec, Luc Mathieu, était de passage en Haute-Gaspésie afin d'entendre les préoccupations de ses membres et échanger sur les dossiers prioritaires en 2019.

Il a d'abord été question des infirmières praticiennes spécialisées. Il s'agit d'un dossier majeur qui fera l'objet d'une nouvelle règlementation ministérielle dans laquelle les infirmières possédant une formation universitaire pourront poser certains diagnostics, prescrire des médicaments et proposer des plans de traitement sans le sceau d'approbation d'un médecin. « Il y a des gros travaux en cours afin que nous puissions déposer un mémoire au mois d'août. Ça aidera la ministre de la Santé à déposer un projet de loi en ce sens », explique Luc Mathieu. Ces infirmières praticiennes seraient principalement déployées dans les CLSC et les groupes de médecine familiale.

Un autre dossier sur lequel travaille l'OIIQ est la formation universitaire pour l'ensemble des infirmières. « Pour faire face aux nouveaux défis avec la complexité des cas de patients, la formation initiale des membres devrait se donner à l'université. One ne dénigre aucunement les infirmières actuelles qui possèdent un diplôme d'études collégiales. Si on se rend là, il y aura une clause grand-père pour celles-ci », explique Luc Mathieu.

Préoccupations des infirmières gaspésiennes

Lors de la consultation du président de l'OIIQ auprès des infirmières gaspésiennes, la problématique de ressources a été largement évoqué. « Il manque de ressources. Les professionnels sont sous tension. Il y a tout juste ce qu'il faut pour offrir les soins. Ça peut avoir des impacts sur la qualité des soins. Nous avons des gens fort dédiés en Gaspésie qui font beaucoup de temps supplémentaire. Nous sommes à la limite des ruptures de services », poursuit Luc Mathieu.

L'organisation des soins est en cause mais il y aurait aussi la nouvelle réalité des infirmières milléniales qui recherchent, pour certaines, d'autres horaires de travail. « Les jeunes infirmières d'aujourd'hui ne veulent pas toutes du temps complet. Leur qualité de vie est importante alors elles vont opter pour des horaires de type 7/15. Cette réalité fait que pour avoir un temps complet, ça prend une personne et demie ou deux personnes. C'est un phénomène générationnel qu'on voit partout. C'est un constat, pas une critique mais ultimement, le résultat est que malgré nos 76 000 membres, la pénurie s'installe. »

La réalité régionale est aussi à prendre en considération. « En Gaspésie, on a davantage de difficulté à recruter, donc lorsqu'il y a de l'absentéisme, les ressources sont limitées. Heureusement qu'on a u noyau tissé serré avec des infirmières qui sont très dévouées et engagées. »

Parallèlement à cette tournée, l'OIIQ a décerné son prix d'innovation clinique en collaboration avec la Banque Nationale. En Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, la palme est revenue au projet d'implantation d'une infirmière de famille auprès des groupes de médecine familiale. Grosso modo, cette infirmière habituée aux cas de maladie chronique se voit confier le suivi et la coordination entre tous les professionnels de la santé qui gravitent autour d'un patient. Elle devient en quelque sorte, l'intervenante facilitatrice de première ligne pour ces patients.

Dans la région, ce projet a été mené à terme dans les MRC Côte-de-Gaspé et Rocher-Percé sous la supervision de la directrice générale adjointe du CISSS-Gaspésie, Johanne Méthot, qui est aussi infirmière ainsi que Marlène Parisé, directrice des services multidisciplinaires et de l'infirmier, Alban Béland et les infirmières, Géma Fournier-Richard, Paméla Adams et Marie-Eve Hunter.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média