Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

23 mai 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Guy Bernatchez officiellement candidat pour le Bloc

Guy Bernatchez

©Ariane Aubert Bonn

Guy Bernatchez, candidat du Bloc dans Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine.

Ce n’était qu’une formalité, mais c’est maintenant chose faite : le Bloc québécois sera représenté par Guy Bernatchez aux élections fédérales cet automne.

L'assemblée d'investiture a eu lieu à Gaspé ce 18 mai, devant une salle comble. Elle a permis d'assigner le titre de candidat par acclamation à Guy Bernatchez. Maire de Mont-Louis et travailleur forestier, ce dernier était accompagné du chef Yves-François Blanchet, afin d’être présenté à ses partisans.

Les débutés élus du Parti québécois ont par ailleurs donné leur appui officiel aux candidats du Bloc. C'est main dans la main que les équipes comptent faire campagne. « Ce sera naturel pour nous d'être présents. Ça nous prend un Bloc fort en Gaspésie pour nous appuyer aussi », affirme la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon. Pascal Bérubé, Sylvain Roy et Joël Arsenault ont également conféré leur appui au candidat pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine.

La ligne de parti

Pour le nouveau candidat bloquiste, la question de la ligne de parti fait toute la différence dans la possibilité de représenter adéquatement les électeurs. À défaut d'avoir une ligne de parti au Bloc, Guy Bernatchez croit qu'il sera en meilleure position pour prendre des décisions éclairées. « On n'a pas à faire plaisir à des députés de l'Alberta ou de la Saskatchewan, on n'a qu'à parler pour les Québécois! »

Pour illustrer son propos, il cite en exemple l'appui des libéraux à un projet de pipeline de 4,5 milliards de dollars qui ne sert pas les intérêts du Québec. « Mme Lebouthillier n'avait pas le choix de donner son appui à cause de sa ligne de parti. Mais si on n'avait eu qu'une partie de ce montant au Québec, on lui aurait trouvé un usage. C'est bien qu'on reçoive des dizaines de milliers de dollars pour rénover des bâtiments ou acheter des dameuses, mais on a besoin de plus que ça. »  Le candidat ajoute que son parti a encore sa raison d'être, qu'il sera toujours actuel de parler du Bloc et des intérêts des Québécois à Ottawa, tant que le Québec ne sera pas un pays.

À boulets rouges sur les rouges

Ce n'est pas de main morte que les bloquistes attaquent le bilan des libéraux. Le chef Yves-François Blanchet reproche à la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, de n'avoir pas défendu elle-même la question de la déclaration d'impôt unique. Il affirme que le fédéral disait refuser d'aborder la question pour éviter des pertes d'emplois, mais qu'il aurait été possible de s'en tirer sans avoir à supprimer des postes au Québec. « Mais ce n'est pas elle qui a défendu le dossier, parce que quand tu n'es pas capable d'expliquer une vérité, tu as de la misère à expliquer une menterie », lance-t-il. Il lui reproche également de ne pas avoir réglé la question du Trou Noir ni des phares, et d'avoir octroyé au Québec le Fonds des pêches deux ans après les maritimes. De son côté, M. Bernatchez affirme que la Gaspésie a été laissée de côté dans la lutte à la tordeuse du bourgeon de l'épinette, alors que la lutte est financée par le fédéral au Nouveau Brunswick.

Guy Bernatchez - Yves-François Blanchette

©Ariane Aubert Bonn

Guy Bernatchez en compagnie de son chef, Yves-François Blanchet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média