Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

22 mai 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Dominique Anglade rencontre les militants libéraux

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Dominique Anglade, photographiée lors de son passage au Umi Yama de Carleton-sur-Mer pour un souper avec des partisans.

POLITIQUE. Ne cachant pas son intérêt à briguer l’imminente course à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ), la députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Dominique Anglade, est venue tendre l’oreille aux Gaspésiens et Gaspésiennes le 22 mai dernier.

Celle qui est également la député marraine de la région pour la formation politique a profité de la relâche parlementaire pour aller à la rencontre de sympathisants libéraux à Sainte-Anne-des-Monts, Gaspé, Bonaventure et Carleton-sur-Mer.

Admettant que les troupes de Philippe Couillard ont encaissé un coup dur aux élections du premier octobre, l’heure était en quelque sorte au bilan pour l’élue, qui souhaite voir son parti « reconnecter avec la population ».

« Dans le bilan que l’on doit tracer de notre gouvernement, je pense qu’il y a, à la fin, et je pense qu’on a été sanctionnés pour ça, la nécessité d’être plus à l’écoute de la population et celle d’être davantage sur le terrain », a-t-elle concédé lors de son arrêt à Carleton-sur-Mer.

Les troupes libérales sont d’ailleurs en « reconstruction », admet-t-elle, suite à leur cuisante défaite de l’automne dernier ; seuls 29 députés représentent aujourd’hui le PLQ, qui formait auparavant un gouvernement majoritaire.

« Je sais qu’il y a beaucoup de travail et qu’une grosse transformation s’impose. Des gens motivés, c’est de ça dont on a besoin présentement », a plaidé la députée. Celle-ci a néanmoins nié être en tournée de reconnaissance en vue de sa potentielle candidature à la direction du PLQ.

Un plan de développement souhaité

Celle-ci a été interpellée sur différents sujets pendant son court séjour en région. « On m’a parlé d’un enjeu qui revient constamment, soit celui de la main-d’œuvre », explique-t-elle, ajoutant que les pêches et le chemin de fer ont également été au menu des rencontres.

Selon elle, un plan de développement économique pour la région s’impose comme une nécessité. Mme Anglade, qui s’est notamment fait rappeler par les représentants des médias que son gouvernement avait aboli la Conférence régionale des élus (CRÉ), qui œuvrait notamment en concertation, n’a pas précisé la façon exacte dont cette stratégie régionale serait élaborée.

« Honnêtement, je ne sais pas si ça prend un organisme. Ce que ça prend, certainement, ce sont des gens qui sont capables de se parler. Oui, on parle d’élus, mais il faut que la société civile soit consultée », fait valoir la politicienne.

Précisons qu’un vaste plan de développement pour la péninsule avait été mis en branle par les péquistes de Pauline Marois alors qu’ils étaient au pouvoir, en 2013.

Une flèche à la CAQ

Mme Anglade a profité d’une question lancée en mêlée de presse pour décocher une flèche en direction de son ancienne formation politique. Questionnée à cet effet, celle qui a été présidente de la Coalition avenir Québec (CAQ) entre 2012 et 2013 a expliqué ne jamais avoir regretté, depuis, son choix de passer chez les libéraux.

Celle-ci explique ne pas avoir été à l’aise avec certaines des propositions avancées par le parti, dont certaines étaient « faites sur un coin de table ». Selon elle, les maternelles quatre ans et la question de l’immigration en sont, encore aujourd’hui, des exemples flagrants.

« On prend chacun des dossiers, on gratte un petit peu et on se rend compte que dans l’application, ça ne fonctionne pas », fait voir l’ex-ministre de l’Économie, de la Science et de l'Innovation.

Les libéraux désigneront le successeur de Philippe Couillard au printemps 2020. Mme Anglade ne cache pas son intérêt à se lancer dans la course, mais n’a pas encore confirmé ses intentions. L’ex-ministre des Finances Carlos Leitao a déjà pris le camp de la députée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média