Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

23 avril 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Preuves d’existence: solitude et amour à la même adresse

©Photo Gracieuseté – Barry LeBlanc

Joanne Morency, photographiée lors du lancement de Preuves d’existence, le 17 avril dernier.

POÉSIE. Les amateurs de poésie connaissent bien les mots et la sensibilité de Joanne Morency. Ceux-ci auront toutefois accès, avec Preuves d’existence, lancé le 17 avril dernier, à une facette inédite du travail de la Gaspésienne d’adoption.

La poétesse a présenté au public sa septième œuvre poétique et le résultat de quatre à cinq années de travail à la bibliothèque Noël-Audet de Maria. Après avoir abordé les derniers moments de sa mère dans Le corps inachevé ainsi que le riche thème du deuil dans Tes lunettes sans ton regard, voilà qu’elle explore un tout nouveau terrain.

Celle qui touchait de prime à bord au thème la solitude a vu son univers chamboulé en plein cœur de sa démarche d’écriture. Résultat : son œuvre a également pris une nouvelle tangente.

« La vie a fait en sorte que les choses ont évolué et je suis entrée dans une relation amoureuse », confie la psychologue devenue rédactrice. Guidée par ce qui survient concrètement dans son quotidien, l’artiste s’est donc attaquée, dans son plus récent ouvrage à un thème qu’elle n’avait jamais, à ce jour, exploré : l’amour.

« Oser parler de relation intime publiquement, c’est quand même assez difficile. C’est un défi de le présenter », admet-elle en riant, précisant néanmoins très bien assumer le tout.

Ainsi, les premiers chapitres du recueil sont rassemblés sous le titre Carnets de solitude et les deux derniers constituent des chapitres amoureux axés sur l’interrelation. Preuves d’existence, de l’avis de l’auteure plus personnel, aborde donc ces élans du coeur à la fois personnels et universels qui interpelleront certainement les lecteurs. Pour ce faire, l’écrivaine a tenu à garder les stéréotypes à distance, un défi en soi, estime-t-elle.

« C’est difficile d’écrire l’amour sans tomber dans les clichés, dans le quétaine. Il faut faire attention », explique celle qui a remporté, en 2014,  le Prix du récit Radio-Canada.

La dame de 63 ans espère maintenant que cette septième œuvre, publiée chez les Éditions Tryptique, touchera en plein cœur ceux et celles qui iront à sa découverte.

« La poésie n’a rien de cérébral, elle parle davantage aux émotions, à la sensibilité. Quand les gens qu’ils me disent qu’ils ont été touchés par un passage ou qu’ils retiennent une phrase, je suis contente. Je me dis que mes images parlent », glisse l’artiste.

Preuves d’existence est déjà disponible en librairie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média