Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

05 avril 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Hôpital de Maria: un projet-pilote positif

SANTÉ. Le projet pilote lancé l’automne dernier sur les ratios professionnelles en soins/patients à l’hôpital de Maria a porté ses fruits, se réjouit le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est-du-Québec (SIIIEQ-CSQ).

L’initiative, qui devrait prendre fin à la mi-avril, vise à calculer quels sont les effectifs nécessaires pour que des soins optimaux soient dispensés aux patients de l’unité de médecine.
«Le résultat a été positif. Le ministère de la Santé nous a bien entendu et il a réalisé qu’il y avait un défi de personnel sur cette unité-là. Il a contraint l’employeur (le Centre intégré de santé et de services sociaux) à afficher deux postes pour donner les meilleurs services possibles à la clientèle», explique Pier-Luc Bujold, président du SIIIEQ-CSQ.

Deux infirmières s’ajouteront donc au quart de jour. La partie syndicale presse désormais l’employeur de respecter le ratio prévu et de procéder rapidement aux affichages.

«Nous demeurons très vigilants afin que l’employeur respecte cette directive ministérielle. Pour le SIIEQ-CSQ, cette mesure doit être respectée tous les jours. Il en va du respect des infirmières et infirmières auxiliaires qui, au quotidien, assurent la qualité des soins aux patientes et patients», ajoute M. Bujold.

Ce dernier aimerait d’ailleurs voir le projet-pilote se répéter à l’extérieur des murs de l’établissement hospitalier de Maria: «On va continuer nos représentations auprès du ministère de la Santé. C’était un premier pas pour nous, mais on veut que ça s’étende dans d’autres institutions, dont au CHSLD et à l’urgence. On veut aussi que ça s’exporte un peu partout en Gaspésie».

Selon le président du syndicat, l’élargissement d’un tel projet à l’échelle de la région serait bénéfique, puisqu’il contribuerait à amenuiser la pression vécue par les membres, fatiguées. Des problèmes importants d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre sont présentement vécus sur le terrain en Gaspésie, rappelle-t-il: «Il n’y a pas toujours une très bonne gestion en ressources humaines. Beaucoup de jeunes quittent la profession et d’autres, la région. […] Le fardeau devient difficile à porter», plaide Pier-Luc Bujold.

Le SIIIEQ-CSQ représente 1050 personnes en Gaspésie, dont 400 dans la Baie-des-Chaleurs. De ce nombre, 150 œuvrent à l’hôpital de Maria.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média