Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

01 mars 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Action gouvernementale plus rapide exigée par Greenpeace pour sauver le caribou gaspésien

ENVIRONNEMENT

Caribou

©Photo Gracieuseté - Denis Desjardins – SÉPAQ

Le caribou de la Gaspésie fait partie des espèces en voie de disparition au Canada.

L'organisme de protection environnementale, Greenpeace, estime que le gouvernement du Québec met trop de temps à agir pour protéger le petit cheptel de caribous pour la Gaspésie.

Le chargé de la campagne forêt chez Greenpeace, Olivier Kolmel, s'explique mal pourquoi le gouvernement du Québec a renoncé momentanément à présenter le plan de rétablissement du caribou, se contentant plutôt de servir un plan d'action sommaire. « Si une maison brûlait, on ne discuterait pas des assurances avant d'éteindre le feu, laisse-t-il tomber. Jusqu'où sommes-nous prêts à aller avant l’extinction des caribous? »

Greenpeace croit que la lenteur du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs quant à présenter au public le plan de rétablissement du caribou cache plutôt un manque de volonté politique. L'organisme environnemental soupçonne le gouvernement de vouloir permettre un développement industriel « intensif et continu » dans l'habitat naturel de l'espèce en voie de disparition. « Un plan d'action sans actions à l'ampleur de la situation est peu prometteur, soutient Olivier Kolmel. La science est là et la cause du déclin du caribou est connue. Il ne reste donc qu'une volonté politique pour sauver cet animal. »

Greenpeace rappelle que la population de caribous de la Gaspésie a chuté de 60 % au cours des dix dernières années, notamment en raison de la fragmentation du territoire et de la dégradation de son habitat naturel. « La prédation est donc qu’un symptôme d’une problématique plus large, mais un qui vient perturber davantage une harde déjà déstabilisée », explique Olivier Kolmel, qui estime que le temps d'agir est maintenant puisque les cheptels autant en Gaspésie que sur la Côte-Nord sont dans une situation préoccupante depuis de nombreuses années.

De son côté, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a mentionné lors de la présentation de son plan d'action que des mesures plus agressives pourraient être mises de l'avant pour protéger les quelque 70 caribous de la Gaspésie. On a notamment annoncé un moratoire sur les coupes forestières dans un plus large périmètre autour de la zone protégée du caribou. Il a également été question d'intensifier la lutte aux prédateurs tel le coyote et l'ours noir. Finalement, on a évoqué la fermeture de certains chemins forestiers jugés inutilisés afin de permettre un reboisement.

Le véritable plan de rétablissement du caribou qui repose toujours bien au chaud sur le bureau du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs devrait être enfin dévoilé au cours des prochains mois, assorti de consultations auprès des élus, des forestiers, des utilisateurs récréatifs de l'arrière-pays et des acteurs du secteur récréotouristique.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média