Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 février 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Les cégépiens de la Gaspésie exigent de meilleures conditions de stage

ÉDUCATION

Manif Carleton

©Photo Gracieuseté

Les étudiants du campus de Carleton-sur-Mer ont manifesté vendredi dernier pour réclamer des meilleures conditions de stage.

À l'instar de leurs collègues des autres établissements d'étude collégiaux de la province, les étudiants du cégep de la Gaspésie et des Îles demandent de meilleures conditions de stage par le biais d'un projet de loi rédigé à cet effet.

Le mouvement national « Stagiaires en solde » initié par la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et l'Union étudiante du Québec (UEQ) a pour but de sensibiliser le gouvernement provincial à le nécessité de mieux encadrer les stages. Il est notamment proposé d'inclure les stagiaires dans la loi sur les normes du travail et d'établir un règlement ministériel pour que ces derniers aient droit à un salaire ou une compensation financière sous forme de bourse ou d'allocation. On exige également que les établissements d'enseignement ne puissent plus interdire la rémunération des stages.

Pour Fred-William Mireault, président de la FECQ, une grande partie de la problématique réside dans le secteur public. « On ne valorise pas les stagiaires alors qu'au privé, on retrouve davantage de stages rémunérés. C'est un sujet qui a été abordé pendant la campagne électorale. Ce que nous avons constaté est que le ministère de l'Éducation ne possédait pas de données sur la quantité de stagiaires. Il y avait donc tout un travail de recensement à faire. »

Il était donc difficile d'établir combien le gouvernement devrait débourser pour compenser les stagiaires. « Nous avons entrepris des travaux que nous comptons remettre au Ministère en avril prochain. Notre suggestion est que chaque stagiaire soit au moins payé l'équivalent du salaire minimum. Pour les stages d'observation, il y aura d'autres discussions à avoir. »

C'est dans cet esprit que les étudiants du cégep de la Gaspésie autant à Gaspé qu'à Carleton-sur-Mer ont manifesté pour faire valoir leur point. « Ce sont 77 % des stagiaires qui ne sont pas rémunérés dont une majorité est dans des domaines féminins, explique le porte-parole de l'association étudiante du campus de Carleton, Émile Chartier-Thibault. Ça cause de l'épuisement et du stress chez les étudiants qui doivent assumer les charges financières liées à la location d'un appartement lorsque le stage est à l'extérieur. »

Bien que le gouvernement démontre de l'ouverture en lien avec les doléances des étudiants, ces derniers ont quand même été chercher des appuis, notamment auprès du député de Bonaventure, Sylvain Roy qui les appuie dans leurs démarches. « Le gouvernement dit qu'il est ouvert. Voyons maintenant si les bottines suivront les babines », conclut Émile Chartier-Thibault.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média