Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

14 février 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Carleton-sur-Mer lève son drapeau de la persévérance scolaire

ÉDUCATION

Persévérance scolaire

©Photo Gracieuseté

La levée protocolaire du drapeau en compagnie du maire de Carleton-sur-Mer, Mathieu Lapointe ainsi que plusieurs représentants des écoles Antoine-Bernard, Bourg et du campus de la Gaspésie et des Îles.

En tant que ville étudiante, Carleton-sur-Mer a emboîté le pas en levant symboliquement le drapeau vert et blanc, s'affichant ainsi comme municipalité complice de la persévérance scolaire.

Avec deux écoles primaires, l'école secondaire Antoine-Bernard, le centre de formation professionnelle L'Envol et le campus du Cégep de la Gaspésie et des Îles sur son territoire, Carleton-sur-Mer s'identifie comme une ville étudiante où tous les acteurs de la communauté doivent mettre la main à la pâte pour assurer la réussite des jeunes.

Pour le maire de Carleton-sur-Mer, Mathieu Lapointe, la persévérance scolaire est primordiale dans une ville où grenouillent autant d'étudiants. « C'est un travail de collaboration entre l'école, la communauté, la famille et les enseignants. En ayant près de 1 200 étudiants à Carleton, nous nous devons de développer des activités sportives et culturelles qui répondent à leurs besoins. Il est essentiel en tant que municipalité de stimuler la réussite éducative et de souligner la vitalité de notre communauté étudiante   », évoque-t-il.

Effectivement, la persévérance scolaire est essentielle dans une région comme la Gaspésie où on estime à 13,1 %, le taux des jeunes qui quittent l'école secondaire sans diplôme. Au total, on parle de 26,6 % de l'ensemble des Gaspésiens qui ne possèdent aucun diplôme contre 12,8 % pour le reste du Québec.

Malgré ces tristes statistiques, la Gaspésie peut se consoler puisque le taux de diplomation est supérieur à celui d'autres régions ayant un indice de défavorisation comparable. On explique ce phénomène par un tissu social plus étanche en Gaspésie où les jeunes sont davantage pris en charge par le milieu et les écoles. On estime que les acteurs du milieu sont sensibilisés à la réalité parfois difficile de l'environnement dans lequel certains jeunes doivent évoluer et, conséquemment, des actions sont prises pour tenter de « raccrocher l'élève à l'école ».

Dans certains établissements scolaires de Carleton-sur-Mer dont le campus du Cégep de la Gaspésie, on a installé un arbre de la persévérance où les étudiants et enseignants sont invités à y inscrire un mot inspirant.

Cette année, le porte-parole était le joueur de football et chirurgien, Laurent Duvernay-Tardif. Il était appuyé par des artistes locaux dont Patrice Michaud de Cap-Chat qui a rappelé l'importance de donner « de tapes dans le dos » aux élèves. « Un tout petit geste peut avoir sur quelqu'un, une influence énorme. Alors, parlons-en et encourageons nos jeunes puisque l'école, c'est la base de tout. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média