Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 décembre 2018

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Une baisse de 10% des baleines noires, qui restent loin des côtes

ENVIRONNEMENT

Baleine Noire

©Photo Gracieuseté Gouvernement du Canada – @Jolinne Surrette

Aucun décès de baleine noire n’a été observé en 2018 au Canada.

La population mondiale de baleines noires – en voie de disparition – a chuté de 450 l’an dernier à 411 cette année; une diminution de près de 10%.

Presque la moitié d’entre elles (190) seraient présentes dans les eaux au sud du golfe Saint-Laurent, selon la dernière mise à jour des experts de Pêches et Océans Canada. Les relevés acoustiques ont permis de détecter la présence de baleines noires une bonne partie de l’année, de la fin avril jusqu’à décembre.

La raison serait fort simple : leur nourriture s’y retrouve. Leur repas de prédilection, les copépodes – de minuscules crustacés – seraient en baisse ailleurs dans leur habitat naturel alors que cette diminution serait moins marquée dans les eaux du Saint-Laurent, la baleine noire étant une espèce migratoire ingurgitant de grandes quantités de nourriture. En hiver, les baleines noires femelles migrent vers les eaux côtières au large des côtes de la Floride et de la Géorgie pour mettre bas, quoique aucun nouveau-né n’ait été observé cette année.

Loin des côtes

Pour protéger la baleine noire, Ottawa a décidé d’appliquer la fermeture ponctuelle de zones de pêche lorsque le mammifère était observé. Le Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie avait demandé plus tôt au gouvernement fédéral une exemption pour les pêcheurs en eaux peu profondes (10 brasses – 60 pieds) puisque toutes les captures de homards se font dans 48 pieds de profondeur ou moins. La requête leur avait été refusée. « On leur demandait de revoir la limite nord de la zone d'alimentation de la baleine, à une profondeur de dix brasses, expliquait à l’époque le directeur O’Neil Cloutier. On ne croit pas que les baleines viennent se fracasser les mâchoires sur les falaises pour s'alimenter. »

Selon les observations faites depuis deux ans, une seule baleine noire sur les 171 répertoriées aurait été vue dans moins de 50 mètres d’eau, semblant vouloir valider les hypothèses des homardiers. Restera donc à voir les règlementations qui seront appliquées l’an prochain pour les homardiers. En novembre, leur demande d’indemnisation pour les pertes encourues – estimées à 2,7 millions de dollars – avait été rejetée.

Ceci dit, globalement, le plan de protection du fédéral semble avoir porté ses fruits puisqu’aucun décès de baleine noire n’a été observé en 2018 au Canada après une année 2017 catastrophique où 18 d’entre elles avaient perdu la vie. Seuls trois empêtrements ont été signalés cette année.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média