Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 novembre 2018

Sonia Landry - slandry@lexismedia.ca

Fermeture à contrecœur du Relais de la Vallée

Claude Mill Garage

©Sonia Landry - Chaleurs Nouvelles

Faute de relève, Claude Mill doit mettre la clé dans la porte de son commerce qui a eu pignon sur rue à Matapédia pendant 41 ans.

C’est le cœur lourd que Claude Mill a annoncé à ses fidèles clients qu’il mettrait la clé dans la porte du garage Relais de la Vallée, à Matapédia, 41 ans après l’avoir lui-même ouvert.

Rencontré sur place, le propriétaire arborait son habituel large sourire sous sa moustache, malgré les circonstances. La porte laissait constamment entrer des clients, ce qui semblait surprenant pour un commerce en fin de vie.

Claude Mill assure justement que la fermeture n’est pas occasionnée par le manque d’ouvrage, mais que d’autres raisons entrent en compte.

D’abord, il évoque des problèmes de santé qui l’ont poussé à prendre sa retraite plus tôt que prévu. Son fils Kevin, qui travaillait avec lui, était pressenti pour prendre la relève, mais il s’est finalement désisté. Avec la difficulté d’embaucher un 3e mécanicien, car ici aussi le manque de main-d’œuvre frappe encore, le défi devenait grand.

Pendant 2 ans, Claude Mill a tenté de vendre son commerce pour que ses services de mécanique, de remorquage, de vente de pièces usagées et de fourrière perdurent dans la petite localité, mais sans succès.

Heureusement, Matapédia compte un autre garage. C’est d’ailleurs son frère qui le possède. Il n’y aura pas de rupture de service, mais il faudra s’attendre à des délais supplémentaires. « Mon frère, ça ne fait pas son affaire du tout que je ferme. Lui, il est déjà débordé. »

À la fin novembre, la clé sera mise dans la porte. « Grossomodo c’est vraiment plate d’avoir à faire ça, tranche Claude Mill. Tsé quand tu as fait ça pendant tout ce temps-là… Mais c’est un mal nécessaire. » L’entreprise comptait 7 employés.

Une retraite méritée

Il se console cependant en pensant à sa retraite et au temps qu’il pourra passer avec sa femme, Ginette, qui l’a accompagné toutes ces années durant avec la gestion du garage. « Quand elle est ici, elle est mon boss, dit-il à la blague. Elle était une grosse partie du commerce. »

Le garagiste à l’intention de profiter des alentours, lui qui a un lot à bois et un chalet à Matapédia. « J’adore la forêt, alors on va aller s’amuser là un petit peu. Je vais aller bûcher. »

Claude Mill

©Sonia Landry - Chaleurs Nouvelles

Claude Mill, dans son garage à Matapédia.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média